INTERNATIONAL

Le Parisien abandonne les sondages politiques pendant la campagne

Paris (AFP) – Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy a annoncé mardi sur France Inter que le quotidien ne commanderait plus de sondages politiques, une « pause » pendant la campagne pour « se concentrer sur le journalisme de terrain ».

« C’est une réflexion qu’on a mené depuis quelques temps déjà, notamment après le Brexit et l’élection de Donald Trump », explique-t-il à l’AFP, ajoutant que le journal ne commandait plus de sondages depuis plusieurs semaines déjà.

« Ce n’est pas une question de défiance envers les sondeurs mais une façon de travailler différemment que nous voulons tester pour la suite de la campagne », poursuit-il.

Il souhaite notamment éviter « ce côté course de petits chevaux où on se focalise sur qui prend la première position » afin de « se concentrer sur le fond, sur les programmes ».

Il ne s’interdit pas toutefois de commenter les sondages commandés par d’autres médias.

Consommateur de sondages, le titre y consacre « quelques dizaines de milliers d’euros par an », selon Stéphane Albouy, qui insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas avec cette « pause » de réaliser des économies.

« On peut entendre les critiques qui nous sont faites, à nous, médias, d’être coupés d’une forme de réalité. Nous allons privilégier le terrain », explique-t-il, rappelant que le journal s’appuie sur un réseau de 140 journalistes déployés en Ile-de-France.

« Déployer ces journalistes sur le terrain, cela coûte plus cher que les sondages, et nous oblige aussi à être plus exigeants », estime-t-il.

Premier quotidien d’Ile-de-France et journal de référence dans de nombreuses rédactions nationales, Le Parisien/Aujourd’hui en France est diffusé à un peu plus de 341.000 exemplaires selon les derniers chiffres de l’ACPM pour octobre.

Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd'hui en France Stéphane Albouy, le 2 juillet 2015 à Saint-Ouen près de Paris. © AFP

© AFP/Archives STEPHANE DE SAKUTIN
Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy, le 2 juillet 2015 à Saint-Ouen près de Paris

Article précedent

Israël: l'enquête sur Netanyahu, défi à sa longévité politique

Article suivant

Primaire: Valls et Peillon abattent leurs cartes

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le Parisien abandonne les sondages politiques pendant la campagne