ACTUS LOCALESEDUCATION

Le Pays dénonce les « contre-vérités » des syndicats de l’enseignement

Le gouvernement a réagi mercredi au communiqué des syndicats de l’éducation et à leur « boycott » du comité technique paritaire de mardi pour protester contre des suppressions de postes malgré une hausse des effectifs d’élèves en Polynésie. Faux, répond le Pays qui donne les chiffres des effectifs scolaires en baisse et assure que les 10 postes supprimés ont été compensés par une dotation en heures supplémentaires.

Mardi, un communiqué des syndicats FSU, FNEC FP FO et UNSA annonçait la décision des organisations syndicales de boycotter leur comité technique paritaire,  l’empêchant ainsi de se tenir. Une façon de « dénoncer » les suppressions de poste, malgré la hausse des effectifs scolaires. Des propos contestés mercredi matin dans un communiqué du ministère de l’Education. « Contrairement aux assertions des organisations syndicales, les effectifs des élèves de la Polynésie française ne sont pas en hausse. Au contraire, ils sont en baisse forte et régulière depuis plusieurs années : baisse de 575 élèves dans les écoles par rapport à l’année dernière et baisse totale de 1412 élèves depuis 2015 ; baisse de 170 élèves dans les collèges et les lycées par rapport à l’année dernière et baisse totale de 864 élèves depuis 2015. »

Sur les suppressions de postes, le ministère affirme que les moyens sont maintenus, puisque les 10 postes supprimés ont été « compensés par une dotation équivalente en heures supplémentaires ». Le ministère affirme donc regretter la politique de la chaise vide des syndicats et leurs « contre-vérités ».

Article précedent

Les syndicats de l’éducation appellent à la grève jeudi

Article suivant

Le Pays « totalement opposé » à la suppression des PPN

1 Commentaire

  1. Patrice juventin
    3 avril 2019 à 12h03 — Répondre

    Moi j’aime bien cette ministre elle n’est pas pourrie par la politique elle fait son job.
    Bravo madame

Répondre à Patrice juventin Annuler la réponse.

PARTAGER

Le Pays dénonce les « contre-vérités » des syndicats de l’enseignement