ACTUS LOCALESECONOMIETOURISMETRANSPORTS

Le Polynésien, un nouveau cargo mixte pour les îles Sous-le-Vent

En décembre dernier, le Pays a octroyé une licence d’exploitation à un futur cargo mixte pour desservir les îles Sous-le-Vent. Une demande de longue date des habitants des îles. L’armateur du navire Le Polynésien, Anapa’arii Boosie, annonce aujourd’hui une mise en exploitation pour septembre 2022.

La question de la desserte des îles, et plus particulièrement des îles Sous-le-Vent, revient souvent comme une veille rengaine lors des présentations des schémas de transport inter-îles du Pays. En décembre dernier, le Pays a justement accordé une licence d’exploitation à un projet de cargo mixte baptisé Le Polynésien. Ce projet porté par un armateur local, Anapa’arii Boosie, à l’origine du Terevau, en est à sa phase de finalisation. Le choix du chantier naval a été arrêté, ce sera en Pologne, et la livraison est prévue pour le premier trimestre 2022, pour une mise en exploitation en septembre.

Le Polynésien est donc un cargo mixte de 110m de long pour 19m de large pouvant accueillir 625 passagers équipage compris, et disposant de 76 cabines au standing trois étoiles. Deux rotations par semaine sont prévues entre Tahiti, Moorea, Bora Bora, Taha’a, Huahine et Raiatea. L’objectif principal est de répondre à une forte demande de la population pour une alternative au transport aérien. Quand aux échecs de précédents navires dus à un problème de rentabilité, l’armateur du Polynésien estime plutôt que les bateaux n’étaient pas adaptés à cette route maritime difficile.

Le Polynésien comportera également un restaurant, une boutique et proposera des animations, de quoi attirer une clientèle touristique. « Une façon également de pallier le déficit de passagers pendant les saisons creuses », explique Anapa’arii Boosie. Avec l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes, et donc d’un nouveau type de touristes, l’armateur croit en son concept de service public mêlé au tourisme. Il estime que le prix d’un Papeete-Bora Bora sera 42% moins cher sur son bateau qu’en avion, et que le transport de passagers représentera plus de 65% du chiffre d’affaires du navire. Le professionnel du maritime espère aussi que cela profitera à l’hôtellerie des îles Sous-le-Vent.

Pour faire tourner Le Polynésien dans l’archipel, l’armateur table sur une création directe de 60 emplois minimum. Et c’est sans compter les différents besoins en ravitaillement, notamment, que Anapa’arii Boosie compte bien combler en se fournissant directement dans les îles.

Du côté de la technique, Le Polynésien sera à la pointe de la modernité en répondant à toutes les obligations nationales et internationales. Stabilisateurs dernier cri comme sur les paquebots, ou encore panneaux solaires, le cargo respectera les règles de préservation de l’environnement.

Le coût de ce projet est de 7 milliards de Fcfp ; « Tout est à construire, on part de rien du tout », précise l’armateur. Un projet financé par l’armateur, des investisseurs étrangers mais également l’AFD, la Sofidep ou encore l’OCI et la banque Socredo. Le Polynésien monte également des dossiers de défiscalisations nationales et locales.

Article précedent

Fournier profite de sa chance

Article suivant

Les Cagous étaient plus forts !

2 Commentaires

  1. Louis Bresson
    17 juillet 2019 à 8h22 — Répondre

    Enfin! Cela fait près de trente ans que l’on attendait le successeur du Raromatai, grâce auquel j’ai fait la découverte des Îles sous le Vent. Avec en plus la possibilité de faire une vraie croisière entre ces îles magnifiques. Sans aucun doute, je serai de nouveau client.

  2. Bion Gérard
    17 juillet 2019 à 11h06 — Répondre

    625 passagers …??? il y a une erreur de frappe?… Un petit cargo mixte avec 50 places passagers est le produit qui manque…42% moins cher que l’avion en cabine ??? Je suis bien sûr preneur mais j’ai des doutes… Comme l’a souligné Louis Bresson, le Raromataï ferry était le navire idéal sur cette ligne…je montais ma voiture, allais dormir dans ma cabine et le matin je faisais mes courses à Papeete , retour pareil…le rêve…Mais on ne se fait pas d’illusion… l’Arlésienne a pris ses quartiers en Polynésie depuis un moment…

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le Polynésien, un nouveau cargo mixte pour les îles Sous-le-Vent