ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Le Port autonome agit « sans stratégie »

L’absence de stratégie est le principal grief retenu par la chambre territoriale des comptes dans son rapport sur le Port autonome. La CTC dénonce un schéma directeur non respecté, des investissements au coup par coup, et une gouvernance à rénover pour garantir l’autonomie de cet établissement public.

Le Port autonome agit « sans stratégie », « au coup par coup ». C’est l’une des informations principales du rapport de la chambre territoriale des comptes (CTC) publié lundi matin et consacré à la gestion du Port autonome entre 2012 et 2016.

Le Port autonome est un établissement public à caractère industriel et commercial (Epic) dont le Pays est le seul actionnaire. La chambre territoriale des comptes note dans son rapport sa bonne santé financière (un résultat annuel moyen positif de 500 millions de francs depuis 2012 et une dette très faible) qui « masque une absence de stratégie d’investissement ».

La CTC recommande notamment au Port autonome de faire un choix « entre le statut de port secondaire ou celui de devenir une plateforme centrale des échanges dans le Pacifique sud, ou encore décider d’une autre option, comme simplement d’adapter ses installations à des navires de taille plus importantes ». Mais ces choix politiques n’ont jamais été faits.

Trois fois plus de budget pour des opérations non planifiées que pour les opérations planifiées

La juridiction financière regrette l’absence de cadre stratégique au Port autonome. Selon la CTC, le schéma directeur d’aménagement des installations 2011-2021 n’a pas été respecté. Sur les onze opérations prévues en 2011, seules trois ont été réalisées (extension du quai de cabotage, réalisation d’une zone de stockage des conteneurs vides et construction du nouveau poste pétrolier) pour 1,635 milliard de Fcfp. « Certaines opérations programmées ont été supprimées, sans qu’aucune motivation n’apparaisse dans les débats du conseil d’administration du Port. Des projets lourds comme le dock flottant, ou bien l’extension des installations à l’Est, n’ont toujours pas démarré. »

En revanche, six opérations d’envergure, non-inscrites dans le schéma initial, ont été lancées à partir de 2013 (quai de pêche internationale, nouveau remorqueur, voie poids lourds, terminal croisière, marina de Papeete et esplanade Jacques-Chirac) pour 5,161 milliards de francs.

Conclusion de la chambre territoriale des comptes : « Le budget correspondant aux opérations non planifiées représente près de trois fois celui relatif aux opérations inscrites au programme initial. Dans ces conditions, le schéma directeur d’aménagement des installations 2011-2021, qui de toute façon ne peut pas être considéré comme un plan stratégique, ne remplit pas non plus son rôle d’outil de planification de travaux. »

Aucune lettre de mission aux directeurs depuis 2012

Par ailleurs, la chambre territoriale des comptes s’attarde sur plusieurs aspects de la gouvernance du Port autonome qu’elle recommande de changer.

En premier lieu, la composition du conseil d’administration, toujours présidé par un membre du gouvernement et composé en majorité de ministres (7 sur 11membres du CA) alors que les ministres étaient minoritaires en 1997 (3 sur 8). « Cette situation est contraire au principe de l’autonomie de gestion de l’établissement public, et altère gravement l’exercice par le gouvernement d’une tutelle effective », écrit la chambre.

Le rapport de la chambre territoriale souligne aussi que trois directeurs généraux se sont succédé depuis 2012 sans qu’aucun d’eux n’ait été destinataire d’une lettre de mission.

Elle s’inquiète de l’abandon de la démarche qualité en 2012 : la certification ISO 9001 obtenue le 25 septembre 2011 a été perdue huit mois plus tard en mai 2012, les agents en charge du pilotage interne de la démarche qualité se sont retirés.

Elle regrette aussi l’absence de programme pluriannuel d’investissement et d’outils de prospective financière.

Article précedent

L'école To'ata s'organise après l'incarcération de son enseignant

Article suivant

Les primes « généreuses » des agents du port

1 Commentaire

  1. microstring2013
    4 septembre 2018 à 18h10 — Répondre

    Quand je pense que l’ancien directeur du port autonome est un flic qui a réintégré son poste, je m’interroge sur son efficacité…

Répondre à microstring2013 Annuler la réponse.

PARTAGER

Le Port autonome agit « sans stratégie »