ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

Le projet du CET de Moorea est relancé

© Diren

Cinq ans après la signature d’une convention de financement entre l’État et la commune de Moorea, les études portant sur la faisabilité d’un Centre d’enfouissement technique (CET) en remplacement de la déchèterie de Moorea vont être relancées.

Le projet de CET de Moorea ressort des cartons. Un vieux projet puisque c’est en décembre 2011 que la convention de financement des études de faisabilité de ce CET a été signée entre l’Etat, représenté alors par le  haut-commissaire Richard Didier et la commune, gérée alors par  Raymond Van Bastolaer. C’était à l’occasion d’un comité des finances locales en charge de la gestion du Fonds intercommunal de péréquation (FIP).  Onze millions de francs, dont 80% pris en charge par le FIP,  étaient alors actés pour ces études de faisabilité portant sur « la création d’un centre d’enfouissement technique de catégories 2 et 3 ». Des études qui devaient, selon ladite convention, être achevées dans « un délai maximum de 24 mois ». Ce qui nous menait donc à fin décembre 2013 début janvier 2014. Sauf que trois avenants à cette convention ont été signés entre temps. Le premier a permis de reporter la deadline de ces études de faisabilité de trois ans.  Changement de signataire pour le deuxième avenant  signé le 18 novembre 2015 par le syndicat mixte ouvert (SMO) Fenua Ma. Un avenant repoussant au 31 décembre 2016 la fin des études. Enfin le troisième et dernier avenant stipule que les études devaient être finies au plus tard le 31 décembre 2017. Alors pourquoi autant de report et de retard ? Le directeur de Fenua, Ma Benoît Layrle, affirme tout simplement qu’« entre 2012 et 2014 date de fusion entre le SMO et la SEP tous ces dossiers ont été mis en sommeil ». Il précise aussi qu’avec cette fusion, le syndicat a préféré d’abord « aplanir la situation comptable et financière » et attendre la fin de certaines études concernant « le schéma directeur d’orientation de traitement des déchets pour les 150 ans à venir ». D’où la dernière demande de report concernant la date de rendu de ces études de faisabilité.

Le directeur du Fenua Ma estime que l’installation d’un CET à Moorea est « nécessaire pour la partie bac gris ». En effet, il affirme que l’île sœur produit entre 4000 à 4500 tonnes de déchets par an et que « cela représente énormément de frais de transport maritime » entre les deux îles.

Ces études de faisabilité se dérouleront en trois phases. La première, comme l’a souligné le directeur de Fenua Ma consisté en un état des lieux général. La phase2 consistera à rechercher et évaluer les avantages et les inconvénients  du CET à Moorea ainsi que le coût d’investissement des différents sites possibles. Enfin la phase3 définira le programme qui devra ensuite être validé par les élus.

 

Article précedent

Rétro 2016 : l’économie repart sans les grands projets

Article suivant

Réveillon du Nouvel An: Paris un peu plus à la fête qu'en 2015

2 Commentaires

  1. Tupuataroa
    28 décembre 2016 à 8h07 — Répondre

    Un CET près du golf de Temae: quel gâchis !…

  2. tupai
    28 décembre 2016 à 8h27 — Répondre

    ils ne sont pas pressés à Moorea …et ça prétend diriger des communes ! dehors !!! ouste !!!

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le projet du CET de Moorea est relancé