ACTUS LOCALESMÉTÉO

Le risque cyclonique « faible » cette année au fenua

© Radio 1

La probabilité de voir évoluer un cyclone en Polynésie française lors de la saison chaude n’est que de l’ordre de 15%, d’après Météo France. Mais il faut rester vigilant, les intempéries représentent toujours un risque, comme on l’a vu en début d’année.

Pour établir ses prévisions, Météo France fait ses calculs et s’appuie sur les prévisions d’autres bureaux de météorologie, comme le centre fidjien et l’institut néo-zélandais. Pour cette saison chaude 2017-2018, la moyenne de ces données indique que le risque de voir un phénomène évoluer en Polynésie française, qu’il s’agisse d’un cyclone ou d’une dépression, n’est que de 25%. C’est un risque faible, souligne Météo France. Si l’on s’intéresse uniquement au risque cyclonique, le pourcentage tombe à 15%, précise Victoire Laurent, de Météo France.

Même si ces prévisions sont rassurantes, on n’est jamais à l’abri d’une surprise et surtout, comme le rappelle Victoire Laurent, en saison chaude, il faut toujours s’attendre à de fortes précipitations.

On a pu malheureusement le constater le 22 janvier à Tahiti et Moorea. Des pluies diluviennes ont causé de lourds dégâts. Le haut-commissariat a voulu « tirer les leçons de ce qu’il s’est passé », comme le rapporte Frédéric Poisot, directeur de cabinet du haut-commissaire. Des formations ont été délivrées au sein du PC de crise avec la direction de la protection civile. Des reconnaissances aériennes sont par ailleurs effectuées pour visualiser les zones sensibles.

Frédéric Poisot invite tous les services, mais aussi la population à se préparer. « On ne gagne pas une guerre comme celle-là en étant seul », souligne-t-il. L’État a sa part de responsabilité, les maires et le Pays aussi, mais « chacun doit s’impliquer pour soi-même et pour ses voisins ». Des brochures distribués par les services de l’État rappellent les « gestes qui sauvent » : élaguer les arbres, avoir une trousse à pharmacie chez soi, et se tenir informé, notamment.

Article précedent

Le Mahana Beach est mort, vive le Village tahitien

Article suivant

Les retraites des représentants loin d’être mirobolantes

2 Commentaires

  1. Chaval
    24 octobre 2017 à 5h34 — Répondre

    C’est rassurant pour cette prochaine saison chaude car le traumatisme de la période d’avril 1983 et sa série de cyclones , dont le terrible Veena, ne peut s’oublier et reste vivace pour ceux qui l’ont vécu.

  2. Iritahua
    24 octobre 2017 à 6h13 — Répondre

    L’année dernière 90% de risque, il n’y eut rien, cette année 15 % de risque, nous allons recevoir.
    ,

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le risque cyclonique « faible » cette année au fenua