ACTUS LOCALESECONOMIE

Le SPER s’attaque aux tarifs de l’électricité

©Cédric Valax

©Cédric Valax

Le Syndicat polynésien des énergies renouvelable (SPER), présidé par Teva Sylvain, a annoncé mardi qu’il intentait deux recours contre les tarifs « prohibitifs » de l’électricité en Polynésie. Le premier recours est dirigé contre la convention passée entre le Pays et EDT et le second contre le principe du Fond de régulation des prix des hydrocarbures (FRPH).

Le Syndicat polynésien des énergies renouvelables (SPER) tenait à profiter de la présence des deux experts de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) sur le territoire pour dénoncer les tarifs d’EDT et « l’attitude » du gouvernement. « Aucun pays ne pourrait payer l’électricité au prix où on la paye sans être en faillite », explique Teva Sylvain, président du SPER. Soutenu par le collectif « Unis pour une électricité juste en Polynésie française », qui réuni plus de 9 800 internautes sur sa page Facebook, Teva Sylvain a annoncé que son syndicat avait déposé deux recours contre le Pays.

Le premier recours, déposé au tribunal administratif le 1er juin 2015, demande à la justice de prononcer la nullité de la convention entre la Polynésie française et EDT et la nullité de la prolongation de la délégation de service public de la distribution électrique pour « absence d’appel à la concurrence, violation de la loi et erreur manifeste ».

Dans son second recours, déposé le 12 août dernier, c’est le principe du Fond de régularisation des prix des hydrocarbures (FRPH) qui est attaqué. Le SPER dénonce un système « obsolète », « étouffant la concurrence grâce aux subventions versées par le Pays à EDT pour amortir le coût d’importation et de livraison du pétrole nécessaire à la production d’électricité ». Le syndicat attaque donc l’arrêté CM du 31 juillet dernier fixant le tarif, subventionné, du fioul. Pour le gérant de la SEDEP, Jean-Louis Chailly, également membre du SPER, le FRPH est « un frein au développement des énergies renouvelables ».

Le syndicat veut « ouvrir le marché de l’énergie à la concurrence » avec son recours. Contactés par Radio 1, ni EDT, ni le ministre en charge de l’Energie, Nuihau Laurey, n’ont souhaité réagir à cette annonce.

Article précedent

Tatauroscope du mercredi 19 août 2015

Article suivant

Hinatea Ahnne, la culture et la modernité

6 Commentaires

  1. briquet jazzy
    19 août 2015 à 9h15 — Répondre

    bravo Teva Sylvain !!

  2. Mairehau
    19 août 2015 à 9h24 — Répondre

    Nous avons les moyens aujourd’hui, de décider de fédérer le pays et forcer l’EDT à le faire également, avec le syndicat des énergies renouvelables, afin de révolutionner notre mode de production et créer une nouvelle instance qui fournisse le pays avec du 100 % renouvelable et non polluant.
    Nous serions les « petits » qui donnent le ton au monde, et une bonne vitrine pour le tourisme vert à forte valeur ajoutée, en plus de défendre une cause juste et d’intérêt mondial.

    L’Allemagne l’a fait, il ne tient qu’à la volonté politique locale de décider de ne pas attendre d’être obligé de la faire plus tard, et de vouloir la faire maintenant, afin d’être en accords avec les nouveaux principes constitutionnels de respect de l’environnement et de développement durable, et de donner raison aux acteurs économiques qui s’unissent pour cette cause d’intérêt général, qu’il est impératif de défendre et qu’il est de mauvaise augure d’empêcher.

    Merci.

    • 19 août 2015 à 15h15 — Répondre

      Si vous aviez les moyens de fédérer, il faudrait aussi compter avec les îles, EDT a les moyens! faudrait’il que le Territoire accepte et accordé pleinement l’investissement, sur les énergies renouvelable. Vous verrez que l’EDT est une grande entreprise de production d’énergie, alors il faudrait arrêt de stigmatiser, je pense que vous étiez pas encore né, que l’EDT produisez déjà de l’énergie, et même que vous étiez vu la lumière a votre naissance produit par l’entreprise EDT.
      Effectivement l’Allemagne est une exemple, mais rappel toi d’une chose nous sommes que 300 000 environs habitants, et l’Allemagne?????…. nous sommes pas comparatif. je ne cache pas! je sais que l’énergie renouvelable est propre, mais avant de critiquer il faut déjà activé ….

  3. 19 août 2015 à 11h27 — Répondre

    777 . Non ce n’est pas ici le rappel de la « glorieuse » trève du 7 juillet 2007 entre le Tahoeraa et le Tavini, mais le rappel du nombre de 777 jours d’infamie collective passés depuis la date mémorable du 3 juillet 2013, date à laquelle le Tribunal administratif a annulé les tarifs abusifs de l’EDT. Depuis cette date, nos dirigeants (ceux des autres partis A Tia Porinetia, et, last but not least, Tapura, rejoignent parfaitement en cela ceux des 2 partis « historiques » précités) ont, dans un consensus troublant, constamment bafoué la Justice, et donc le peuple polynésien. Nonobstant cette décision de justice fondatrice, les dirigeants au pouvoir continuent honteusement à « jouer la montre » (ceux qui sont momentanément dans l’opposition se contentant lâchement de faire semblant de ne rien voir) et pire récemment, à augmenter en catimini, via le,FRPH, la subvention au fioul et gazole EDT pour gaver toujours plus les actionnaires et managers de ENGIE, propriétaire de notre concessionnaire EDT. Des tarifs toujours abusifs et des subventions cachées qui tondent toujours plus ras les abonnés et contribuables polynésiens.

  4. Mairehau
    20 août 2015 à 7h57 — Répondre

    Hahaha !

    Vous avez raison FTHE, je n’étais pas encore née que EDT existait déjà ! Et je compte sur sa bonne volonté et ses Grands moyens pour se moderniser dans un esprit bienveillant à tout point de vue !
    Quand je dis « nous avons les moyens », je parle simplement du pays dans un esprit collectif. Je ne fais partie d’aucune de ces instances, juste une citoyenne engagée qui s’intéresse au bon fonctionnement de notre pays ! Et qui s’informe !
    Les stigmatisations et les critiques que vous voyez chez moi ne le sont pas, c’est juste le reflet de votre propre perception 🙂 !

  5. golo golo
    19 août 2016 à 12h07 — Répondre

    « Le Ministre en charge de l’énergie n’a pas souhaité répondre à cette annonce » traduction : il attend les instructions d’EDT, on sait tous qu’il roule pour eux.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le SPER s’attaque aux tarifs de l’électricité