EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

L’effroi à géométrie variable, c’est humain … – Edito 03/10/2017

Las Vegas est une destination très populaire pour des centaines de vacanciers polynésiens, au bas mot. On peut y séjourner et s’amuser pour des prix très raisonnables et au final on y fait des affaires avec des divertissements que nous n’avons pas au Fenua et un peu (beaucoup) de shopping à tarif sans concurrence. Aussi les réactions sur les réseaux sociaux étaient parfois très poignantes suite à l’horreur du massacre de dimanche soir. On voyait qu’une majorité se sentait plus concernée par ça que par l’attentat perpétré sur le parvis de la gare Saint Charles à Marseille quelques heures plus tôt où deux jeunes femmes innocentes ont été poignardées à mort.

Cela fait-il de nous pour autant, comme j’ai pu le lire, de mauvais citoyens français qui sur l’échelle de leur émotivité et de leur empathie placeraient le sort de nos compatriotes au second plan ? Bien sûr que non.  Si l’attaque gratuite et lâche de deux innocentes prises au hasard dans la rue est scandaleuse il n’est pas compliqué de se rendre compte qu’il est autrement plus bouleversant de s’imaginer une foule de 23 000 personnes céder à la panique car elle se faisait tirer dessus à l’arme automatique chargeur après chargeur pendant plus d’une heure. Des scènes de guerre totale qui ont lieu à présent au sein de nos villes, sur les lieux de vacances que nous sommes susceptibles de fréquenter. De toute façon il n’appartient à personne de juger de notre degré d’effroi face à telle ou telle catastrophe et de jouer les « pères la vertu », sauf pour les tarés qui s’en réjouissent. Le pire c’est qu’il y en a et ils se cachent à peine, pour eux c’est « le retour de bâton des méfaits des uns ou des autres », comme si on pouvait réellement justifier l’infamie et la barbarie à nos portes.

Par ailleurs à l’heure de l’instantanéité de l’information dont tout un chacun peut se faire un relais vidéo en devenant des micros médias sur Facebook par exemple, mais quand cette dernière se mélange avec la rumeur et est nourrie par la panique, force est de constater que rien n’est fait pour nous épargner un grand huit des émotions qui nous met à rude épreuve.

Enfin, loin de moi l’idée de jouer les oiseaux de mauvais augure, mais dans une Amérique qui est à ce point fière de ses libertés constitutionnelles permettant l’acquisition d’armes de tous calibres, une fois n’est pas coutume et cela fait froid dans le dos : ce qui s’est passé à Vegas ne restera pas à Vegas. Soyons suffisamment forts pour ne pas tomber pour autant dans une peur permanente et sachons prouver à tous ces fous que les valeureux garderont la tête haute et ne s’empêcheront pas de vivre, avec un grand V, comme Viva Las Vegas.

Article précedent

Formation: Prendre en compte la santé des footballeurs

Article suivant

Arbitrage: 22 arbitres arbitres participent au 1er forum de la saison

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

L’effroi à géométrie variable, c’est humain … – Edito 03/10/2017