ACTUS LOCALESJUSTICE

L’élection du 2ème vice-président du Secosud devant le tribunal administratif

Le tribunal administratif  a examiné mardi matin la demande d’invalidation de l’élection du 2ème vice-président du Secosud, Wilfred Tavaearii, faite par le tavana de Papeari, Alain Sangue, et le haut-commissariat.  Une demande soutenue par le rapporteur public qui a estimé que l’élection était « entachée d’irrégularité ».

Le Secosud fait encore parler de lui. Cette fois, il s’agit de l’élection de son 2ème vice-président réalisée le 12 juillet dernier. Deux candidats s’étaient présentés à ce poste, le tavana de Papeari, Alain Sangue, et le tavana de Taiarapu-Ouest, Wilfred Tavaearii. Tous deux membres du Secosud. Wilfred Tavaearii avait été élu après trois tours de scrutin au bénéfice de l’âge. C’est ce que conteste aujourd’hui le candidat malheureux, Alain Sangue. Le tavana de Papeari demande au tribunal administratif de « rectifier les votes du premier tour du scrutin de l’élection du 2ème vice-président du Secosud en fixant à 4 le nombre de suffrages pour atteindre la majorité absolue ». Le haut-commissaire a également demandé « l’invalidation de l’élection de Wilfred Tavaearii » par le tribunal administratif. Des demandes soutenues par le rapporteur public qui estime que puisque le nombre de votants étaient de huit, plus deux bulletins blancs, alors la majorité absolue devait être fixée à 4. Un calcul fait en s’appuyant sur le mode de scrutin opéré lors de l’élection d’un maire, « applicable au Secosud » a expliqué le rapporteur public. Or, lors du premier tour, Alain Sangue avait obtenu 4 voix contre 2 pour Wilfred Tavaearii. Le tavana de Papearii aurait donc dû être élu dès le premier tour. Pour le rapporteur public « l’opération électorale est entachée d’irrégularité ». Il a demandé mardi matin que le tribunal « procède à la rectification et prononce Alain Sangue au poste de 2ème vice-président ».

Le tribunal administratif rendra sa décision lundi 25 septembre.

Article précedent

Moins de grippes mais plus de diarrhées

Article suivant

La commune de Hitiaa o te ra devra payer 60 millions Fcfp

2 Commentaires

  1. Iritahua
    20 septembre 2017 à 8h16 — Répondre

    Tant qu’il y a à gratter, tout ce beau monde aiguise les ongles. Ils ne sont pas pour la population, leur avantage personnel. Pensez à changer de maire à chaque élection.

  2. […] dessous le 6 août 2017 le haut commissaire de la république en Polynésie a déposé en septembre une plainte dans l’affaire dite du SECOSUD, une plainte à minima qui ne modifie pas l’attribution […]

Laisser un commentaire

PARTAGER

L’élection du 2ème vice-président du Secosud devant le tribunal administratif