ACTUS LOCALESJUSTICE

L’élection du « trésorier » des Jeux du Pacifique annulée

Gerald Huioutu

Dans un arrêt daté du 4 août la cour d’appel de Papeete a annulé l’élection du président de l’association Tahiti Nui Pacific Game (TNPG), Gérald Huioutu. Une décision opportunément rendue publique par le président du Comité olympique de Polynésie française (COPF), Tauhiti Nena, qui explique vouloir prévenir le gouvernement « des dysfonctionnements que rencontre le sport aujourd’hui ». Tauhiti Nena suspecte également l’intéressé n°2 de la Direction de la jeunesse et des sports, d’être intervenu dans l’attribution des délégations de service public de plusieurs fédérations. Gérald Huioutu dément.

L’annulation de l’élection du président de l’association Tahiti Nui Pacific Game, Gérald Huioutu, par la cour d’appel de Papeete est, pour le président du COPF, « une victoire de la justice pour le sport ». Et pour commenter cette décision, Tauhiti Nena a organisé jeudi une conférence de presse entouré d’une partie des membres du bureau du COPF. Pour lui Gérald Huioutu, également juriste et directeur adjoint à la Direction de la jeunesse et des sports, n’aurait jamais dû pouvoir prendre les commandes de l’association qui gère l’argent public alloué pour permettre aux différentes délégations sportives polynésienne de participer aux Jeux du Pacifique. Tauhiti Nena suspecte surtout Gérald Huioutu d’être intervenu depuis le début du conflit dans l’attribution aux fédérations des délégations de service public. Vingt fédérations en sont actuellement privées, dont deux présidées par Tauhiti Nena. Pour les membres du bureau du COPF : « le principe d’impartialité de l’administration n’est pas respecté ».

De son côté Gérald Huioutu précise qu’il n’est déjà plus président de Tahiti Nui Pacific Game, puisque son mandat a pris fin le 18 juillet dernier. Il dément toute illégalité dans la gestion de l’association tout, comme dans l’attribution des délégations de service public aux fédérations.

L’affaire ne s’arrête pas là, puisque Tauhiti Nena reproche également à Gérald Huioutu d’avoir commercialisé des produits dérivés portant les logos du COPF et annonce qu’il portera prochainement l’affaire en justice. Tauhiti Nena estime que le manque a gagner pour l’instance qu’il préside est de 6 millions de Fcfp d’après le prévisionnel dressé à l’époque par le président de TNPG.

Article précedent

Le poste d’enseignant à Takume fait du grabuge

Article suivant

Tapura no Mahina : Jamet veut fusionner avec Sanquer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

L’élection du « trésorier » des Jeux du Pacifique annulée