EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Les abeilles disparaissent, après ce sera notre tour – Edito 20/05/2020

Indispensables pour la reproduction des fleurs et végétaux (on appelle ça la pollinisation) les abeilles jouent un rôle très important dans notre écosystème. Le CNRS et l’INRA ont estimé qu’environ 35% de la production mondiale de nourriture dépend de la pollinisation. 80% de nos espèces végétales ont également recours à la pollinisation pour leur survie, leur reproduction et leur évolution. La disparition progressive des abeilles pose donc de graves problèmes de biodiversité des plantes et des fleurs, mais également des problèmes économiques.

C’est pour cela qu’en ce 20 mai nous célébrons la Journée internationale des abeilles directement décrétée dans les plus hautes sphères des Nations Unies. L’idée est que plus particulièrement en ce jour nous prenions le temps de saisir le rôle capital que jouent les abeilles pour le maintien de la biodiversité et ni plus ni moins que de notre propre survie.

De nombreux aliments comme les fruits, les légumes, les épices ou encore le cacao dépendent de la pollinisation. Une diminution de la production de ces denrées entraînerait donc une inflation des prix et d’évidentes carences pour les populations les plus fragiles et les plus pauvres.

Des pesticides nocifs pour les abeilles sont encore permis sur le marché. C’est un véritable bras de fer qui se joue entre les industriels et les ONG pour participer au maximum à leur préservation.

Je suis vraiment désolé de vous parler d’un péril supplémentaire aujourd’hui, je sais bien que le contexte est déjà suffisamment lourd comme ça, cependant jouer la politique de l’autruche n’est pas une solution non plus. La disparition des abeilles met bien plus largement en danger de disparition l’humanité que certaines maladies infectieuses. Contre ces dernières des traitements et des vaccins seront proposés à relativement court terme dans l’absolu, tandis que repeupler la planète en abeilles sera une autre paire de manches. Pour info la France est le premier utilisateur européen de pesticides avec 70 000 à 120 000 tonnes utilisées chaque année. Au niveau mondial, elle se place au 3ème rang après les USA et le Japon.

Toutefois ces produits chimiques ne sont pas les seules causes du déclin des abeilles, celles-ci sont en effet très sensibles aux changements climatiques. Que ce soit pour leurs cycles de reproduction ou la manière dont elles vont produire du nectar. Nous sommes donc quelque part encore une fois tous co-responsables par nos modes de vie de nouvelles sources potentielles amenant notre espèce doucement mais sûrement vers le trépas. Sommes-nous à ce point incapables de comprendre à quel point l’interdépendance entre toutes les formes de vie de notre monde et leur préservation équivaut à leur salut à toutes ? Au demeurant ma génération est inexcusable car depuis tout petit on nous l’avait dit que « dans un pays de tous les temps, vit la plus belle des abeilles, que l’on ait vu depuis longtemps, S’envoler à travers le ciel » … (extrait du générique du dessin animé Maya l’abeille)

Article précedent

Journal de 7:30, le 20/05/2020

Article suivant

Journal de 12:00, le 20/05/2020

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Les abeilles disparaissent, après ce sera notre tour – Edito 20/05/2020