EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Les autorités ont-elles raison de diaboliser le MMA ? – EDITO 12/01/2017

Nous avons en Polynésie un vaillant combattant de MMA qui commence à se faire un nom aux USA, Raihere Dudes. Ce garçon m’a l’air particulièrement sain à la fois de corps et d’esprit, et il a même ouvert un club d’entrainement à Punaauia où de nombreux jeunes y canalisent leur énergie et leur agressivité dans le cadre d’une pratique sportive.

Le MMA pour Mixed Martial Arts a mauvaise presse en France et fait polémique même en dehors des frontières hexagonales. Cette discipline autorise tous les coups présents dans les autres arts martiaux reconnus y compris ceux qui sont donnés à l’adversaire s’il est au sol.

Ainsi j’ai pu apprendre grâce à un article de notre radio partenaire Europe 1 que le 23 octobre est paru au Journal Officiel un arrêté redéfinissant les « règles techniques et de sécurité applicables aux manifestations publiques de sports de combat ». Mes confrères précisaient que « ce texte, sans mentionner le MMA, vise toutefois clairement cette discipline très contestée en interdisant les « coups de poings, coups de pieds, coups de coudes et coups de genoux visant un combattant au sol », gestes caractéristiques du MMA et obligeant les combats à avoir lieu sur un tapis ou un ring, quand le MMA se déroule dans une cage octogonale. »

C’est ainsi que fin décembre cet arrêté ministériel a fait l’objet par la Confédération française de MMA d’un recours en annulation auprès du Conseil d’Etat. Ils avaient été encouragés par deux députés qui le 8 novembre ont présenté un rapport parlementaire commandé par le Premier ministre Manuel Valls. Un document qui prônait la légalisation, mais sous observation, de cette discipline qui compterait en France quelque 40 à 50.000 pratiquants.

Car contrairement aux idées reçues non le MMA ne permet pas tout et n’importe quoi, certains coups sont interdits et si les combats peuvent s’avérer impressionnants et sanguinolents ils restent encadrés et arbitrés. Les combats de boxe anglaise ou thaïlandaise, ne se font pas à fleuret mouchetés que je sache, on n’y retient pas ses coups !

Evidemment que dans l’absolu après des siècles d’évolution depuis les combats à mort des jeux du cirque romain on aurait préféré s’imaginer une humanité qui ait complètement cessée de se repaitre de KO sur un ring. Mais voilà, on n’y est pas prêts manifestement. Alors au lieu de stigmatiser une discipline dont les structures encadrantes sont solides et interdire à des milliers de jeunes de prouver leur savoir-faire lors de compétitions et les obliger à s’exporter, les autorités ont l’occasion de reconnaître que ce n’est pas en vivant en dehors de notre temps qu’elle permettra que jeunesse se passe mieux …

Article précedent

Tatauroscope du vendredi 13 janvier 2017

Article suivant

Personnalité de l’année 2016 : Edouard Fritch

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Les autorités ont-elles raison de diaboliser le MMA ? – EDITO 12/01/2017