ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Les doléances sonnantes et trébuchantes du CESC à la ministre Annick Girardin

Le Conseil économique, social et culturel (CESC) a émis vendredi un vœu à l’adresse de la ministre des Outre-mer Annick Girardin, à deux jours de sa visite en Polynésie française. Un vœu qui inclut principalement des demandes de financement et de subventions de plusieurs dizaines de milliards de Fcfp.

Le CESC a profité de la séance plénière de vendredi pour émettre un vœu à l’attention de la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, deux jours avant son arrivée à Tahiti. Un vœu qui évoque le soutien de l’institution à l’Accord de l’Elysée, avant de consacrer un paragraphe à une série de doléance pour « assumer » le « fait nucléaire » : « traiter et indemniser » les victimes des essais ; rembourser les montants de prestations servies par la CPS qui « s’élèveraient » à plus de 54 milliards de Fcfp ; rétablir la dotation globale de développement économique à son « niveau initial de 18 milliards de Fcfp » ; admettre que pour avoir contribué au développement de l’électricité nucléaire de la France, la Polynésie française puisse bénéficier du dispositif de péréquation des tarifs de l’électricité défini dans le cadre de la CSPE pour « 12 milliards de Fcfp/an ».

Enfin, une dernière partie du vœu consacrée au « développement économique » rappelle également que dans son rapport sur l’Accord de l’Elysée, le CESC estimait que les engagements de l’accord devaient « se traduire et se formaliser par une série de dispositifs budgétaires, règlementaires voire légaux, qui mobiliseront des moyens importants qui restent à définir ». Le CESC qui attend donc visiblement moins la visite de la ministre que celle de son carnet de chèque.

Article précedent

Les photos de la saisie d’Ice importé via le Darknet

Article suivant

Le renouvellement du CESC aura bien lieu

2 Commentaires

  1. vetea
    20 janvier 2018 à 0h33 — Répondre

    la politique de la manche permanente. il faut bien indemniser ses bons à rien. a quand une réflexion sur un développement endémique au lieu du paparu. les milliards déversés n ont servi qu’à quelqu’uns plongeant notre pays dans la misère d’une grande partie de notre population car avec l’argent facile pourquoi développer notre pays. et on continue à mendier pour maintenir une économie artificielle

  2. tam
    20 janvier 2018 à 13h54 — Répondre

    Quoi,quoi!!!! 54 milliards + 18 milliards + 12 milliards!!! Mais,mais vous êtes fou!!!!!. La Ministre de l’outre-mer ne signera et ne sanctuarisera « jamais » ces sommes là.
    La véritable reconnaissance et attitude de l’état français vis-à-vis des polynésiens c’est; Merci pour les 47 essais nucléaires aériens et les 149 essais souterrains. Et maintenant les polynésiens aller vous faire voir chez les Grecs… « quel est belle la fraternité ».

Laisser un commentaire

PARTAGER

Les doléances sonnantes et trébuchantes du CESC à la ministre Annick Girardin