ACTUS LOCALESEDUCATION

Les enseignants du fenua rappelés à leur « devoir de réserve »

© Nicolas Perez

Dans une note adressée aux personnels de l’éducation en Polynésie française, la ministre de l’Education, Christelle Lehartel, et le vice-recteur, Philippe Couturaud, demandent à ce que le devoir de réserve « soit respecté de manière rigoureuse »  sous peine de « procédure disciplinaire ». La DGEE affirme que la note vise des prises de position publiques des fonctionnaires sur Facebook.

Rappel à l’ordre au ministère de l’Education et au vice-rectorat. Dans une note envoyée aux différents chefs d’établissements à destination des enseignants, le ministère et le vice-rectorat rappellent le « devoir de réserve des fonctionnaires et agents publics exerçant au sein des établissements scolaires ».

La ministre de l’éducation Christelle Lehartel et le vice-recteur Philippe Couturaud soulignent qu’ils « tiennent à ce que le devoir de réserve soit respecté de manière rigoureuse par les agents publics ». Ils rappellent que « le cas échéant » ils seront en mesure « d’engager une procédure disciplinaire ».

Côté enseignants pourtant, on ne comprend pas bien le motif de ce soudain rappel des agents à leurs obligations. Une note similaire avait été adressée lors des dernières territoriales, mais dans un contexte très politique.

Selon, le directeur de l’enseignement général et de l’éducation (DGEE), Thierry Delmas, cette note fait suite à certaines déclarations tenues notamment sur les réseaux sociaux par certains agents de l’éducation. « Quand on a un conflit, il faut pouvoir trouver des moyens de dialogue et de communication qui soient autre que Facebook. Il y a des instances qui existent et qui doivent permettre de le faire ».

Signe de la particulière rigueur du ministère sur le devoir de réserve ces derniers jours, le professeur de reo maohi, Richard Deane, qui s’était exprimé sur notre antenne évoquant le simple « affichage » des journées polynésiennes aux lycées, a été recadré. Selon nos informations, il lui a été demandé en quelle qualité il s’exprimait pour en référer à la ministre et aux « affaires juridiques et contentieux ».

Sur ce cas précis, Thierry Delmas assure aussi que l’intervention de Richard Deane n’a pas de lien avec ce recadrage. « Même si l’intervention de Richard Deane peut rentrer dans cette difficulté », précise-t-il. Il ajoute que l’intervention de cet enseignant ne devrait pas être sanctionnée.

Article précedent

Vini récupère 183 millions d’impôts indus sur TNS

Article suivant

Fritch propose d’interdire partout l’alcool le dimanche

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Les enseignants du fenua rappelés à leur « devoir de réserve »