ACTUS LOCALESEDUCATIONSANTÉ

Les enseignants et les parents demandent la fermeture des écoles et le confinement

Les représentants de l’enseignement public et privé de concert avec les représentants de parents d’élèves de l’enseignement public et privé demandent au haut-Commissaire et au président du Pays la fermeture des écoles accompagnée d’un confinement général d’au moins 15 jours. L’un pour stopper la propagation du virus qui circule déjà dans les écoles et l’autre pour empêcher les regroupements de jeunes qui se retrouveraient livrés à eux-mêmes dans les rues. 

C’est « avec le coeur » que s’est exprimé Tepuanui Snow pour dire l’inquiétude à la fois des parents et des enseignants devant le nombre de familles touchées par le drame ces jours-ci. Le président de la Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public (Fapeep) a rappelé la position de l’enseignement qui était de maintenir les écoles ouvertes il y a quelques jours, quand les protocoles dont ils disposaient « permettaient de maintenir la sécurité sanitaire des enfants ». À présent, des écoles de toute la Polynésie comptent des cas positifs et ferment des classes voire des établissements entiers. « Ça ne peut pas continuer comme ça. Nous sommes complètement dépassés », confie-t-il.

Les professionnels de l’éducation exposés et plus suffisamment nombreux pour remplir leur mission

« Nous avons décidé d’alerter le Pays et l’État sur les difficultés engendrées sur le terrain », explique Diana Yieng Kow, représentante du Stip AEP, syndicat de l’éducation du 1er degré. Le personnel enseignant se trouve exposé aussi bien dans le secteur public que privé. Des difficultés pour les remplacer entraînent parfois un placement des élèves dans d’autres classes, multipliant ainsi les risques de contamination, explique aussi Edgar Taeatua, président de la Fédération des syndicats de l’enseignement privé (FSEP). Du côté du personnel communal, les femmes de service qui assurent en principe le nettoyage comptent des cas de Covid et ne peuvent plus assurer cette mesure essentielle dans le protocole sanitaire. « Les enfants malades sont parfois en moyenne et grande section et les parents sont obligés de les porter, décrit-t-elle, il faut prendre une décision forte : fermer les écoles et mettre en place le confinement, pour enrayer la circulation du virus, comme l’a dit le haut-commissaire ».

Au second degré, l’inquiétude est la même. Maheanuu Routhier, représentant du Snetaa-FO Polynésie, syndicat des professionnels du second degré, rappelle que « si le virus continue à circuler, c’est parce que nous continuons à nous déplacer. À un moment il faut être raisonnable et prendre des décisions qui si elles sont difficiles, sont surtout dans l’intérêt de la population ». À tous les niveaux, l’enseignement à distance n’inquiète pas, puisqu’il y a à présent un certain recul, hormis le fait que les enseignants n’ont pas eu le temps de faire connaissance avec leurs élèves qui parfois n’ont pas encore mis les pieds en classe. « Dans un quartier on pourra avoir un cluster si seules les écoles sont fermées : il faut faire un travail d’équipe. » demande Diana Yieng Kow. « L’enseignement à distance on sait le faire, il est à parfaire mais aujourd’hui la priorité c’est la santé, je fais confiance à la communauté éducative, nous ferons preuve d’adaptation dans l’intérêt général ».

©MB/Radio1 – Représentants des parents d’élèves du secteur privé

Article précedent

Recette du jour : Crème de pota et brocolis

Article suivant

La minute de l'entrepreneur 17/08/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Les enseignants et les parents demandent la fermeture des écoles et le confinement