ACTUS LOCALESSOCIAL

Le dernier SOS du Village d’enfants de Papara

Village d'enfants

La situation financière du Village d’enfants SOS de Papara est « dramatique », selon les propres mots du président de l’association, Georges Siu, pour qui il manque 15 à 20 millions de Fcfp à l’association pour équilibrer son budget. Le problème ? Le Pays ne verse pas la subvention prévue. Et si la situation n’est pas rapidement résolue, Georges Siu indique qu’il « rendra la clé du village » au Pays.

Depuis 20 ans, le Village d’enfants SOS de Papara accueille des fratries, issues d’un environnement violent, placées par le juge des enfants. En ce moment 52 enfants et 10 mères SOS vivent dans le village. En tout, 27 personnes sont employées par l’association. Depuis 20 ans, le Village est financé par une dotation du Pays et par les dons privés et de parrainages. Le budget de fonctionnement du village est de 170 millions de Fcfp. Et c’est d’ailleurs le montant de la subvention du Pays prévue dans la convention signée avec le Pays en 2000. Mais depuis la signature de cette convention, le Pays ne joue pas le jeu. Seuls « 120 et quelques millions » sont versés chaque année, selon le président de l’association Georges Siu. Jusque là, l’association a compensé le manque de financement par des dons. Mais aujourd’hui, les 30 millions de Fcfp restant à l’association ne sont pas suffisants pour boucler le budget. « Tout a été absorbé », indique le président de l’association, Georges Siu. Il affirme que l’association « ne peux pas continuer de cette manière » et demande au Pays de faire preuve de régularité.

Les dons privés pour le village se sont également amenuisés au fil des ans. Les promesses de dons recueillies pour les 20 ans de l’association en 2014 ne sont pour la plupart jamais arrivées… Aujourd’hui, il reste moins d’un mois de dépenses sur la trésorerie de l’association. « On est au bout du parcours », affirme le trésorier de l’association, François Coudert. Il y a cinq mois, l’association a transmis une lettre à la ministre en charge des Affaires sociales, Tea Frogier, pour la rencontrer et lui faire part des difficultés de l’association. Une lettre qui est restée sans réponse. « Le plus difficile à admettre c’est la non réponse, c’est désolant », explique Georges Siu. Récemment, une demande de rendez-vous auprès du président du Pays a été transmise. L’association attend donc le retour d’Edouard Fritch avec impatience. Si la situation ne se résout pas, l’association est prête à « rendre la clé du village au Pays ».

Article précedent

Enquête pour viol au village SOS : "Tout est mis en place pour préserver les enfants"

Article suivant

Lutte contre l'EI: avancée des forces antijihadistes en Syrie et en Irak

1 Commentaire

  1. lydie
    27 mai 2016 à 6h58 — Répondre

    Lamentable que le territoire ne verse pas sa quote-part alors que pour le sport et la danse ils trouvent aisément les budgets…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le dernier SOS du Village d’enfants de Papara