ACTUS LOCALESECONOMIE

Les frais bancaires des professionnels voient double

© Cédric Valax

© Cédric Valax

Des frais bancaires de tenue de compte pour les professionnels qui passent du simple au double, c’est la mauvaise surprise que certains internautes ont relayé la semaine dernière sur les réseaux sociaux. Des professionnels qui dénoncent surtout une absence d’information de la part des banques.

La semaine dernière, plusieurs professionnels se sont émus sur les réseaux sociaux d’une augmentation de plus de 50% de leurs frais de tenue de compte. « Vos frais de tenue de compte ont-ils augmenté ? Je suis passé de 450 à 1000 Fcfp », s’inquiétait par exemple un internaute. En effet, un coup d’oeil au site Internet d’une des trois banques de la place permet de constater que les frais mensuels de tenue de compte pour les professionnels sont passés de 428 à 1 000 Fcfp en 2016. Mais surtout, les professionnels dénoncent le manque d’informations des banques sur ces variations de tarifs. D’autant que la loi Lurel de 2012 prévoit la convergence des tarifs bancaires entre les départements et collectivités d’outre-mer et la métropole. Objectif : « diminuer les écarts de tarification des services bancaires les plus significatifs entre la métropole et les collectivités d’Outre-mer ». De cette loi a découlé la signature d’un accord de concentration sur les tarifs bancaires entre le haut commissaire de l’époque, Lionel Beffre, et les banques de la place en 2014. Dans cet accord il était prévu la gratuité des opérations de caisse, les dépôts et retraits d’espèces au guichet ou encore l’encaissement de chèques. Par contre il était question de la mise en place de modération tarifaire sur les frais de tenue de compte, les cartes de paiement, ou encore la délivrance d’un chèque de banque… Il est notamment prévu qu’en Polynésie les écarts de tarifs entre le fenua et la France diminuent de 50% d’ici trois ans. Contacté, le président de l’association de défense des consommateurs polynésiens-Te Tia Ara, Makalio Folituu, affirme avoir tiré la sonnette d’alarme contre cette augmentation des tarifs il y a quelques mois.

Interrogée sur cette augmentation de plus de 50% de certains tarifs bancaires, le directeur général des IEOM, Hervé Gonsard, s’est dit étonné et a concédé qu’une telle décision n’était « pas normale ». Mais il a ajouté que sur la totalité des tarifs bancaires, une baisse globale de 10% avait été observée depuis 2014.

Contacté, le président du Comité des banques de Polynésie française de la fédération bancaire française, Christian Carmagnolle, a simplement répondu que les banques « avaient le droit de le faire si elles respectaient le cadre qui leur ait donné ». Il ajoute que le client doit être averti deux mois avant la mise en place de ces changements.

Vai Gooding, maire de l'archipel des Gambiers © SPC
Article précedent

Le maire de Rikitea dénonce les "mensonges" de 193

d2ce64bdaf6c19591880fa8432ee084161043ddc-1
Article suivant

Le chef de l'EI Baghdadi appelle ses troupes à "tenir" Mossoul

3 Commentaires

  1. faretua
    2 novembre 2016 à 19h58 — Répondre

    Sa mais arrive aussi avec la socredo depuis le moimd dernier et se mois si…..et quand tu apel et demande des explication,tout un chalala…que des voleur.

  2. Bonno
    3 novembre 2016 à 19h42 — Répondre

    Un conseil. Retirez tous vos sous de la banque. Avant qu’il soit trop tard. La banque peut te voler sans ton avis.

  3. HERVE
    4 novembre 2016 à 15h02 — Répondre

    Les banques sont en faillites, avant c’est le citoyen qui braquait les banques, maintenant ce sont les banques qui braquent les citoyens !!!
    Lien très interessant du journaliste et écrivain Pierre Jovanovic
    https://www.youtube.com/watch?v=DB5eN7QRqDo

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Les frais bancaires des professionnels voient double