ACTUS LOCALESEDUCATION

Les parents d’élèves des îles éloignées dénoncent une « inégalité scolaire »

© Radio 1

A peine la rentrée a-t-elle débuté que déjà des professeurs sont absents ou non-remplacé, notamment dans les îles. A Ra’iatea et Tubuai, les parents d’élèves ne comptent pas rester les bras croisés et dénoncent une « inégalité de traitement » entre Tahiti et les îles concernant l’éducation.

A peine la rentrée scolaire a-t-elle commencé que déjà l’association des parents d’élèves (APE) du collège- lycée de Uturoa à Ra’iatea dénonce la non-nomination et l’absence de professeurs. Selon le président de l’APE, Patrice Coupat, le professeur de technologie n’a pas encore été nommé et le professeur de français est absent pour des raisons de santé. Une situation qui n’est pas inconnue des parents d’élèves puisque l’an dernier déjà ce même professeur de français était « absent presque toute l’année ».

« On est dans la continuité de l’an dernier et on commence l’année encore une fois avec un déficit en français pour certains de nos enfants », dénonce Patrice Coupat. Une situation qui inquiète l’association des parents d’élèves, d’autant que les services de l’éducation ont d’ores et déjà été avertis. Patrice Coupat estime que le « contrat » établi entre l’Education nationale, le corps enseignant, les parents et les élèves n’est pas respectée avec toutes ces absences.

Pour pallier ce problème récurrent, l’APE demande la mise en place d’un « vrai vivier de remplaçants ».

Le président de l’association de Ra’iatea affirme que si la situation perdure, une manifestation sera organisée sur l’île. « Nous on est prêt à bouger, on fera du bruit pour manifester contre la manière dont sont traités nos enfants ».

Des absences à Tubuai

Ra’iatea n’est pas la seule île où il manque des professeurs. En effet, le collège de Tubuai essuie le même désagrément. Pas de prof de musique, ni de prof d’anglais. La mère d’une élève, Corinne Teauroa, se dit dépitée et rappelle pourtant que la ministre de l’Education, Christelle Lehartel, a promis « la guerre contre l’absentéisme des professeurs ».

A chaque rentrée « il y a des impondérables »

Le directeur de la Direction général de l’éducation et des enseignements (DGEE) Thierry Delmas affirme que « plus de 99% des enseignants sont devant les élèves ». Il ajoute qu’à chaque rentrée « il y a des impondérables comme les maladies prolongées ou des désistements ». Il rappelle qu’un appel à candidature pour des professeurs a été lancé il y a quelques jours et que les contrats sont en cours de rédaction.

A Ra’iatea, les parents d’élèves rendent les conditions de travail responsables de l’échec scolaire

L’association des parents d’élèves de Ra’iatea dénonce un autre problème : la surpopulation des élèves dans le collège-lycée de Uturoa. Selon son président, l’établissement a été conçu pour accueillir 800 élèves mais l’an dernier il en a accueilli 1 200. « C’est tout un ensemble de choses qui va empêcher certains élèves de mieux réussir », affirme Patrice Coupat, selon qui ces mauvaises conditions ont des conséquences sur les résultats au Bac ainsi qu’au DNB.

Les heures de cours manquées seront rattrapées

Le directeur de la DGEE dit douter que ces conditions de scolarité aient des conséquences directes sur les résultats des examens de fin d’année. Il affirme que les heures de cours manquées seront rattrapées.

Article précedent

Une navette pendant la suspension des vols aux Marquises

Article suivant

« Le jeûne n’est pas une politique de santé publique »

2 Commentaires

  1. Coupat Patrice (APE)
    21 août 2018 à 19h44 — Répondre

    Mr DELMAS, les heures de cours seront rattrapées … cette année, heureusement.
    et celles de l’année dernière ? certaines classes ont « raté » plus de 50 heures de francais … comment seront elles rattrapées ?
    Quand aux moyens, venez visiter le LUT à UTUROA et venez voir notre magnifique FARE ETUDE … bref, venez voir.
    Et que pensez vous d’un établissement qui a plus de division d’élèves ( classes) que de salles de cours ?
    Pouvez vous donner votre avis quand aux classes de 1 ere S à 36 et 35 élèves … qui rentrent à peine dans les salles de SVT, où il faut rajouter des tables en urgence en anglais pour « caser » tout le monde.
    Et tout cela n’influera pas sur les resultats aux examens ????

  2. Patrice COUPAT
    22 août 2018 à 7h38 — Répondre

    Mr DELMAS, connaissez vous vraiment le LUT ?
    Le College/Lycee d’Uturoa, notre établissement :
    – a moins de salle de classe que de division d’élèves.
    – a des classes de 1 ére avec des effectifs à 35, 36 en 1 ere S par ex : venez constater que ces
    élèves n’ont pas assez place dans la salle.
    – à un fare pote étude ouvert aux 4 vents, volley d’un coté, basket de l’autre… pour y travailler ?
    – à un CDI inaccessible à tous car trop petit …
    – privilegie la salle d’étude pour les collégiens par manque de place, où vont les lycéens qui
    veulent travailler ( oui oui il y an a ) ?
    mais tout cela, vous devez le savoir ? nous vous l’avons écrit …. à vous, à notre gouvernement, au
    vice rectorat …
    Venez nous rendre visite et dites si « ces conditions de scolarité n’ont pas de conséquences directes
    sur les résultats des examens de fin d’année ».
    Puis expliquez nous comment rattraper les heures de francais « ratées » l’année dernière ( 50 heures
    pour certaines classes ) !!!
    VENEZ visiter le LUT et prouvez – nous que tout va bien !
    Mais on peut aussi continuer à communiquer par médias interposés
    à bientôt ?
    Patrice Coupat ( APE ensemble pour nos enfants )

Répondre à Coupat Patrice (APE) Annuler la réponse.

PARTAGER

Les parents d’élèves des îles éloignées dénoncent une « inégalité scolaire »