ACTUS LOCALESSOCIAL

Les tavana demandent l’abrogation de la loi anti-fraudeurs au RSPF

© Radio 1

© Radio 1

C’est l’une des raisons de la tension actuelle entre les tavana et le Pays. Les maires ont demandé au gouvernement d’abroger la loi dite « anti-fraudeurs » au régime de solidarité (RSPF) mise en place depuis janvier 2016, pour revenir à l’ancien système. Les élus estiment que cette loi met de nombreuses familles en difficultés et les services communaux jugent la constitution des dossiers trop « technocrates et trop complexes ».

Le 29 juillet dernier, le Syndicat pour la promotion des communes (SPC) s’est réuni pour rendre son avis sur les modifications apportées par la ministre de la Solidarité, Téa Frogier, à la très décriée « loi anti-fraudeurs » au régime de solidarité. Les deux modifications apportées par la ministre devaient d’ailleurs permettre de régler les problèmes d’application du texte. Un groupe de travail constitué de tavana et de cadres communaux a donc fait le bilan des sept premiers mois de l’application de la loi. Leurs conclusions ont été validées lors du récent congrès des communes et transmises à Tea Frogier. Et le bilan est plus que défavorable. Les tavana considèrent que la constitution du dossier est trop « technocrate et trop complexe » et que le texte « remet en cause le principe de couverture maladie universelle », comme l’explique Lorna Oputu, élue de Mahina et sixième vice-présidente du SPC.

Pour l’élue, cette « loi anti fraudeur » est un retour en arrière car elle retire à la population le droit de se faire soigner. Lorna Oputu affirme que « tout au plus cette loi permet de régler la situation d’une personne sur dix ».

Les travaux du SPC présentent six cas de figure dans lesquels la loi pose toujours des problèmes d’application. Ils concluent donc en demandant de « revenir à l’ancien système » et « travailler sur la réforme à envisager ». Les tavana sont désormais en attente de la décision du président Edouard Fritch et de la ministre des Solidarités Téa Frogier. Les élus des communes souhaitent évidemment être associés à la réflexion sur cette réforme. Le sujet doit être abordé ce jeudi lors de la rencontre prévue entre le président du Pays, Edouard Fritch, et le président du SPC, Cyril Tetuanui.

Article précedent

"Pourquoi ne pas créer une TVA sociale ?"

Article suivant

JO-2016: le film des événements de la 12e journée des Jeux de Rio

2 Commentaires

  1. jean coza
    18 août 2016 à 6h56 — Répondre

    Pays merveilleux où des élus préfèrent privilégier les escrocs au détriment des contribuables cotisants.
    C’est dire du niveau d’honnêteté de ces personnages

  2. simone grand
    18 août 2016 à 8h43 — Répondre

    Pour moi, c’est ça la retombée nucléaire occultée: ils s’imaginent que comme au temps du CEP, l’abondance vient de nulle part alors que les ressources d’aujourd’hui sont le produit des efforts d’une partie de la population. Et que si on n’a pas d’argent, il faut tout faire pour rester en bonne santé en reprenant les principes d’hygiène de vie d’avant CEP.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Les tavana demandent l’abrogation de la loi anti-fraudeurs au RSPF