EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Les TUIHANI n’avaleront plus de couleuvres – Edito 07/06/2017

Bon résumons la situation, novice en politique Marcel Tuihani Jr a connu une ascension fulgurante en devenant tour à tour Président de l’Assemblée de la Polynésie puis Vice-Président du Tahoeraa. Toutefois en y regardant de plus près ça a davantage ressemblé à un véritable baptême du feu qu’à autre chose. A peine prenait-il le perchoir que sa famille politique explosait en plein vol en deux groupes, puis plus tard deux partis. Le derrière entre deux chaises, oscillant entre le psychorigide de service et le type sympa et accessible, en gros quelqu’un qui cherche encore à se façonner une personnalité politique, il n’a pourtant pas manqué de briller par une mauvaise foi parfois gracieuse apprise auprès du Vieux Lion. Mais ça, c’était avant.

Depuis un an on a remarqué les prises de position personnelles qui n’ont plus l’air de ressembler à un dos-rond. Du béni oui-oui au service du chef de parti on est passé à celui qui avait de moins en moins peur de passer pour le vilain petit canard. Parce qu’un vilain petit canard ça vaut toujours mieux qu’un bouc émissaire. Son père l’a appris à ses dépends devant la justice à devoir partager l’addition alors qu’il n’était pas celui qui avait passé commande. Et quand Junior a vu que lui aussi pouvait tomber dans le même genre de traquenard c’était trop. Je vous parle là de cette affaire des chargés de mission payés par l’Assemblée mais soupçonnés par la justice de ne travailler que pour le parti orange.

Quand aux magouilles dans lesquelles on se laisse emporter on y rajoute la quasi imposition d’un reniement de ses fondamentaux idéologiques politiques, le vase est sur le point de déborder. Allusion au soutien à Marine Le Pen. Il suffisait d’un rien pour aller au clash, pour qu’enfin comme je le réclamais de tous mes vœux dans un de mes derniers éditos un éveil des consciences se fasse au Tahoeraa, qu’on y prenne ses responsabilités, qu’on retrouve sa morale et qu’on démissionne. C’est donc ce que Marcel Junior a fait, en même temps que son père qui, et il n’est jamais trop tard pour bien faire, s’est souvenu de ce à quoi ressemblait un bon exemple à donner à son fils. Un coup d’éclat lourd de sens en plein pendant l’entre-deux tours des législatives. Mais en tout cas pas à n’importe quel moment, à celui où la goutte de trop a fait tout chavirer, celui où les consignes de Gaston Flosse auraient été de soutenir le candidat Tavini de la 3ème circonscription face au candidat Tapura.

Là trop c’était trop. A force de grand écart injustifiable certains sont heureusement parvenus à se rendre compte que les postures finissaient par être grotesques. Que ce n’est plus dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Si dans un de mes tous premiers éditos j’avais estimé que Gaston Vador avait comme disciple son Dark Marcel, on constate aujourd’hui que comme dans la saga intergalactique il reste possible de rejoindre le bon côté de la force. Mais sera-t-il le seul à voir la lumière et à la suivre ? La suite au prochain épisode.

Article précedent

JOURNAL DE 07:30 LE 07/06/17

Article suivant

Foot féminin – Vaihei Samin : La jeune fille a été retenue au pôle espoirs de Tours

2 Commentaires

  1. Tico
    8 juin 2017 à 13h34 — Répondre

    Ouais, c’est une analyse parmi d’autres… En politique, depuis la nuit des temps les règles ont toujours été, aujourd’hui je te sers la main, demain je te crache dessus et après demain on se fait la bise… Elle a toujours été ainsi et mieux vaut le savoir dès le berceau pour ne pas avoir de terribles désillusions. Les Tuihani ont démissionné à tort ou à raison, mais le manque de constance idéologique n’est pas la panacée du Tahoeraa. Vis à vis du parti orange, M J. Graffe aime souffler le chaud et le froid, ou encore M Buillard qui est redevenu orange afin de garder sa mairie, en passant par M Rohfritsch ministre sous Temaru et j’en passe… Du coup on veut encore nous servir la vieille soupe des autonomistes contre les indépendantistes.
    Du côté de la lumière, parmi eux, probité, point tu ne trouveras, oui padawan, perte du pouvoir, peur ils ont, car l’ombre prêt d’eux toujours rode. De Palpatine, le masque, faire tomber tu dois. Que la force soit avec toi.

  2. 8 juin 2017 à 15h16 — Répondre

    A méditer Alexandre…
    « Les sociétés changent de peau comme les serpents, mais le venin reste le même. Il y a seulement des mutations dans la desquamation. Tous les serpents ne sont pas venimeux, mais ils n’en sont parfois que plus dangereux… Si vous n’êtes pas piqué, étouffé, ingurgité, on vous fera avaler des couleuvres.»
    Philippe SOLER.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Les TUIHANI n’avaleront plus de couleuvres – Edito 07/06/2017