ACTUS LOCALESSOCIAL

L’Etat en stand-by sur le financement du RSPF

De retour au financement du régime de solidarité de la Polynésie française (RSPF) depuis deux ans, l’Etat n’a pas versé la totalité de sa dotation au titre de l’année 2016. Près de 350 millions de Fcfp manquent à l’appel sur les 1,4 milliard de Fcfp de dotation annuelle prévue par la convention signée entre le président Edouard Fritch et le Premier ministre Manuel Valls en avril 2015. Simple retard ou sanction de Paris sur les engagements de réforme du système de santé et de protection sociale pris par le Pays ? Le haut-commissaire doit tenir une conférence de presse sur le sujet dans les jours à venir.

L’Etat a bien du « retard » dans le versement de sa dotation annuelle destinée au régime de solidarité de la Polynésie française, comme l’ont révélé lundi nos confrères de Polynésie 1ère. En revanche, contrairement à ce qu’indiquent nos confrères, ce ne sont pas 715 millions mais seulement près de 350 millions de Fcfp qui manquent à l’appel au titre de l’année 2016. Très précisément, l’Etat n’a versé que la moitié de la seconde tranche de sa dotation annuelle globale de 1,4 milliard de Fcfp. Un versement octroyé depuis la signature de la convention sur le retour de l’Etat au financement du RSPF le 16 avril 2015. Dans cette convention, l’Etat et le Pays ont fixé très précisément les modalité de versement de cette dotation prévue sur trois ans, mais aussi les « engagements » de la Polynésie en contrepartie de ce financement. L’Etat s’était ainsi engagé à verser la « moitié avant la fin du premier semestre, puis avant le 15 novembre de chaque année, sous réserve de la mise en oeuvre des engagements prévus, après évaluation de cette mise en oeuvre par le comité de pilotage ». Or selon les informations recueillies par Radio 1, l’Etat a laissé le Pays dans l’expectative depuis le second comité de pilotage pour l’année 2016. Selon une source au gouvernement, l’Etat a uniquement annoncé au Pays qu’il devait soumettre l’état d’avancement des « engagements » aux ministères intéressés à Paris. A savoir ceux des Outre-mer, des Affaires Sociale et de la Santé et surtout de l’Economie et des Finances. Depuis, seule la moitié de la seconde tranche de la dotation de l’Etat a été versée. Du côté du Pays, on dit attendre un retour de l’Etat et on ne veut croire que Paris ait jugé insuffisant les engagements du Pays à réformer son système de santé et de protection sociale. Du côté du haut-commissariat, c’est le mutisme complet malgré l’annonce d’une conférence de presse portant notamment sur le sujet aux alentours du 17 janvier. Retard de versement ou blocage de la subvention ? Réponse dans les jours à venir…

Article précedent

ParuVendu change de mains, La Dépêche riposte

Article suivant

Dieselgate: un dirigeant de Volkswagen inculpé aux Etats-Unis

2 Commentaires

  1. Temae
    10 janvier 2017 à 8h23 — Répondre

    Et si le pays avait le courage politique de réformer son système de santé et de protection sociale. Il est grand temps! Nous allon dans le mur sinon.

  2. Iritahua
    10 janvier 2017 à 10h01 — Répondre

    Quel parti politique qui a foutu des milliards de la CPS en l’air

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

L’Etat en stand-by sur le financement du RSPF