EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Levothyrox : la nouvelle formule qui inquiète – Edito 29/08/2017

Plus de trois millions de personnes en Métropole et dans les DOM, plusieurs milliers au Fenua prennent quotidiennement des médicaments contenant de la lévothyroxine dont le rôle est de se substituer aux hormones thyroïdiennes qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent plus être produites naturellement. Une majorité de patients consomme le célèbre Lévothyrox. Tous ceux qui ont des problèmes de thyroïde, notamment des suites d’un cancer, savent à quel point il est compliqué de trouver le bon dosage de TSH. Trop et vous êtes en hyperthyroïdie, vous êtes speed, irritable, vous maigrissez à vue d’œil, vous vous usez à vitesse grand V, pas assez et vous êtes en hypothyroïdie, vous grossissez, vous déprimez, vous devenez petit à petit une loque. Une fois stabilisé, le dosage se vérifie au moins une fois par an.

Aussi, lorsque les laboratoires Merck ont décidé en mars dernier de modifier la formule du Lévothyrox en changeant l’excipient, c’est à dire la substance qui permet son absorption par l’organisme, une levée de bouclier a commencé. Cela devait je cite « garantir une stabilité plus importante de la teneur en substance active tout le long de la durée de conservation du médicament », mais au final le bilan est pour le moins contrasté. Si les intolérants au Lactose, l’ancien excipient, sont censé avoir gagné au change, d’autres déchantent. C’est notamment le cas de Marie, une femme de 43 ans qui a vécu 3 ans au Fenua qui a connu un véritable enfer. Ils sont des milliers d’autres dans le même cas. Se confiant au magazine l’Obs Marie a avoué qu’elle était loin de se douter que sa perte de cheveux, sa prise de poids, son moral à zéro, son grand état de fatigue étaient dus à la nouvelle formule du Lévothyrox qu’elle ne supportait en fait pas du tout. Lorsqu’elle a réalisé que cela pouvait être lié, elle s’est faite prescrire une prise de sang et là, catastrophe. Son taux d’hormone thyroïdienne était complètement détraqué alors qu’elle prenait le même dosage avec lequel elle était stabilisé depuis des années. C’est très inquiétant.

Une pétition contre le nouveau Lévothyrox réclamant le retour à l’ancienne formule a déjà recueilli près de 150 000 signatures, le standard du numéro vert national mis en place explose, il a déjà reçu plus de 70 000 appels. Si votre intolérance se confirme il existe un substitut à ce médicament au cas où, sous forme de gouttes, mais il faudra malgré tout recommencer quasiment à zéro le long processus de stabilisation hormonal, cela peut paraître décourageant, j’en conviens.

L’agence nationale de sécurité du médicament préconise de faire réaliser un dosage de TSH dans les 6 à 8 semaines après le début de la prise de la nouvelle formule. L’angoisse au ventre, à 4 jours du renouvellement de mon ordonnance, j’espère comme depuis 5 mois encore tomber sur un vieux stock, et je sais que je ne suis pas le seul. Il est aberrant qu’une telle légèreté ait été de mise quand il s’agit de la santé de millions de français. Cette pétition je la signe, et vous ?

lien vers la pétition : https://www.mesopinions.com/petition/sante/contre-nouveau-levothyrox-dangereux-patients/31185

Article précedent

replay A vous la parole - Caroline Bonnard - le discours sur l'amour tenu aux ados - 29/08/2017

Article suivant

Deux chefs asiatiques pour soigner les menus d’ATN

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Levothyrox : la nouvelle formule qui inquiète – Edito 29/08/2017