EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

L’Humain la seule espèce qui joue à Dieu – Edito 15/06/2017

Je regardais quels étaient les sujets de philo sur lesquels les candidats polynésiens au Bac 2017 avaient eu à plancher et il y en a un qui m’a intéressé beaucoup plus que les autres. Il était destiné aux élèves de la filière Scientifique : « L’homme est-il un être vivant comme les autres ? ». C’est génial comme question. Mais en fait ce qui est énorme c’est qu’on soit susceptible de se la poser.

Le choix des mots est intéressant : « être vivant » plutôt que « espèce animale ». Les personnes qui ont pondu le sujet ont elles tenté de l’orienter davantage vers une démonstration se basant sur les aspects biologiques qui prévaudraient sur l’étude comparative entre l’animalité et nos facteurs bien humains ?

Parce qu’on va régler ça tout de suite, oui l’homme n’est pas différent des autres êtres vivants que nous connaissons si l’on se base uniquement sur le fait que nous sommes comme eux le résultat d’une combinaison particulière de l’ADN. L’acide désoxyribonucléique, la molécule qui se retrouve avec des agencements particuliers dans toute cellule vivante. Comme eux donc, nous naissons, nous vivons, nous mourrons, nous avons besoin pour survivre de nous nourrir et pour que notre espèce perdure nous devons pouvoir nous reproduire. Donc en effet, en se basant uniquement sur les aspects biologiques on ne vaut pas mieux qu’une moule.

Mais là où nous nous différencions des autres êtres vivants que nous avons déjà identifié, sur notre monde en tout cas, nous le devons justement à l’architecture de notre ADN. Elle a permis à notre cerveau de se développer comme aucun autre afin de créer une civilisation, de dépasser le caractère inné et de pouvoir codifier et perfectionner notre communication, d’engendrer les arts, les sciences, la littérature, la spiritualité. A ce tire nous avons pu dominer l’ensemble des autres êtres vivants, de les asservir. Autre faculté qui nous rendrait unique : j’ai souvent entendu dire que nous étions les seuls à être en capacité de nuire à notre environnement et finir par nous placer en péril vital. Et bien c’est faux. Des études récentes prouvent que le porc fait pareil et qu’en plus c’est l’être vivant dont nous sommes génétiquement le plus proche.

Aujourd’hui le degré d’évolution de notre science permet même de créer de nouveaux êtres vivants en manipulant l’ADN. Et pour en revenir à l’animal précité en début d’année des scientifiques ont implanté des cellules souches humaines, capables de devenir n’importe quel tissu, dans des embryons de cochons ensuite transférés dans l’utérus de truies porteuses. Qui aurait eu l’idée à part nous de croiser l’homme et le porc ? Oui, vraiment, nous sommes uniques car avec la transgénèse nous sommes les seuls êtres vivants à vouloir jouer à Dieu.

Article précedent

JOURNAL DE 07:30 LE 15/06/17

Article suivant

Japon, les ninjas du va’a !

2 Commentaires

  1. Cattet Noëlle
    17 juin 2017 à 10h12 — Répondre

    Oui , l’hmme est le seul être vivant à faire le mal gratuitement. Le porc est un animal sociable capable de s’adapter à l’homme tandis que l’homme… le mange! Puis l’homme a la grande supériorité d’avoir inventé la guerre et d’y utiliser toutes ses technologies de pointe! Pas de quoi se vanter…

  2. simone grand
    19 juin 2017 à 7h57 — Répondre

    Qui a inventé un Dieu créant l’homme à son image et à sa ressemblance?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

L’Humain la seule espèce qui joue à Dieu – Edito 15/06/2017