ACTUS LOCALESECONOMIEPACIFIQUE

L’IEOM débloque 50 milliards de francs pour les établissements de crédits du Pacifique

Le Conseil de surveillance de l’Institut d’Emission d’Outre-Mer (IEOM) a décidé le 1er septembre d’allouer 50 milliards F CFP complémentaires aux établissements de crédit de la zone Pacifique au titre d’un refinancement d’une maturité de 36 mois*. Un changement de politique monétaire en réponse aux conséquences de la crise sanitaire sur l’économie réelle, précise notre partenaire Outremers 360, qui a recueilli les explications de la directrice générale de l’IEOM, Marie-Anne Poussin-Delmas.

Marie-Anne Poussin-Delmas, dirige l’IEOM depuis 2017. @Philippe Jolivel


Quels sont les impacts de la crise sanitaire sur les économies du Pacifique ?

Depuis la fin du premier trimestre 2020, la crise du Covid-19 et les mesures prises pour endiguer sa propagation font peser la menace d’une récession économique de grande ampleur pour l’économie mondiale comme sur les collectivités françaises du Pacifique. En Polynésie française, l’Indicateur de Climat des Affaires de l’IEOM a enregistré au premier trimestre 2020 sa plus forte chute depuis la dépression de 2009. En Nouvelle-Calédonie, l’impact de la crise sanitaire sur l’économie est un peu moins fort en raison de sa moindre dépendance au tourisme, mais l’indicateur reflète un environnement conjoncturel néanmoins dégradé, du fait de la conjoncture internationale du nickel ainsi que du climat d’incertitudes lié au référendum du 4 octobre. Et les tendances du second semestre comme la recrudescence récente de la pandémie, confirment la menace d’un environnement conjoncturel dégradé qui s’inscrit dans la durée.

Comment la politique monétaire répond-elle à ces défis ?

L’IEOM a pris la mesure de ces évolutions conjoncturelles en modifiant de façon radicale ses instruments d’intervention qui sont à la fois beaucoup plus conséquents en volume et d’une maturité beaucoup plus longue. Cette stratégie volontariste qui repose sur l’injection de liquidités auprès du système bancaire s’est accompagnée d’une baisse des taux de référence, l’IEOM proposant pour la première fois des opérations de refinancement à taux négatifs. L’IEOM renforce ainsi la capacité des banques pour qu’elles puissent soutenir les opérateurs économiques. Jusqu’en décembre 2019, l’IEOM n’intervenait que via le réescompte de crédit qui est un instrument de court terme et pour des volumes globaux modestes, d’environ 10 Milliards de franc Pacifique. Depuis décembre 2019, le Conseil de surveillance de l’IEOM se réunit très régulièrement pour adapter ses interventions aux besoins de refinancement des établissements de crédit. Une première ligne de refinancement à 6 mois (LR6) a été lancée en décembre 2019suivie d’une seconde en mars 2020. Puis une ligne de refinancement à 24 mois de 50 Milliards XPF a été allouée en mai. Une ligne à 12 mois de 25 Milliards XPF a été ouverte en juin 2020 pour renouveler la première lige arrivée à échéance. C’est au total un peu plus de 100 Milliards de franc Pacifique qui étaient alloués avant les mesures du 1erseptembre.

Quelles sont les décisions prise par le Conseil du 1er septembre 2020 et quand s’appliqueront-elles ?

Compte tenu des récentes évolutions conjoncturelles, et des besoins additionnels de refinancements formulés par les établissements de crédit, le Conseil de surveillance de l’IEOM du 1er septembre 2020 a décidé d’intensifier son action par la mise en place d’une nouvelle enveloppe de refinancement d’un montant de 50 milliards de XPF sur une maturité qui a été portée exceptionnellement à 36 mois et à taux nul. Cette opération inédite sera allouée en deux temps : une première tranche de 25 Milliards sera proposée le 25 septembre prochain et la seconde d’un montant identique le 27 novembre 2020. Le Conseil a également décidé l’élargissement de la base des crédits éligibles au réescompte pour permettre aux PME et TPE, qui en bénéficient de conserver leur accès à ce dispositif par la suppression des critères géographiques et sectoriels qui prévalaient jusqu’alors. Cette décision permettra de dégager un potentiel de refinancement complémentaire de l’ordre de 40 Milliards de XPF.

Ces mesures seront-elles suffisantes ?

Ces mesures sont fortes et je puis vous affirmer qu’elles ont été appréciées localement aussi bien par les autorités locales que par les établissements de crédit qui attendaient depuis longtemps que l’IEOM puisse accomplir pleinement sa mission de banque centrale des collectivités françaises du Pacifique. Elles complètent donc efficacement les dispositifs de soutien mis en œuvre par l’Etat et les Pays, car les refinancements de l’IEOM apportent des ressources longues aux établissements de crédit ce qui leur permet d’apporter des soutiens financiers supplémentaires aux ménages comme aux entreprises. Les évolutions conjoncturelles et les besoins de financement des établissements de crédit sont au cœur de nos préoccupations et elles sont suivies avec attention par le Conseil de surveillance de l’IEOM qui a fixé sa prochaine réunion en décembre 2020.

D’ores et déjà la modernisation de la politique monétaire de l’Etat sur lequel l’IEOM et les établissements de crédit travaillent de longue date est non seulement pleinement opérationnelle, mais elle s’est avérée d’une grande utilité en ces temps difficiles ou les besoins de liquidité de la zone monétaire du F CFP n’ont cessé de croître.

*En proposant un refinancement à maturité de 36 mois, l’IEOM apporte aux établissements de crédits des ressources longues, dans une crise qui sera longue. Il s’agit d’une première dans l’Histoire de l’IEOM. 

 

Avec Outremers360°

Article précedent

Répondeur de 7:30, le 08/09/2020

Article suivant

Journal de 12:00, le 08/09/2020

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

L’IEOM débloque 50 milliards de francs pour les établissements de crédits du Pacifique