INTERNATIONAL

Ligue 1: Paris effrayé, Marseille en féerie

Paris (AFP) – Tout est une question de courbe: celle d’Unai Emery est en chute libre et une défaite du PSG face à Lorient mercredi placerait un siège éjectable au pied de son sapin; celle de Rudi Garcia est ascendante et un succès à Bastia en ferait le Père Noël de Marseille.

Et bon courage pour cette 19e et dernière journée de L1 de l’année aux arbitres de Monaco-Caen et Lyon-Angers après le coffret polémique offert par les dirigeants lyonnais et monégasque.

. Crispations capitales

Certains coups d’oeil dans le rétro font mal. Le PSG version Laurent Blanc avait bouclé la mi-championnat l’an passé avec 51 points en 19 matches, soit 16 victoires, 3 nuls et zéro défaite. Avec Unai Emery en 18 journées, c’est 36 points, 11 succès, 3 nuls, 4 défaites…

Un 5e revers, de surcroît face à la lanterne rouge, conduirait forcément les dirigeants du PSG à se poser beaucoup de questions sur le mercato, qui pourrait alors concerner leur coach espagnol.

Déjà, les noms de tous les entraîneurs italiens (Fabio Capello, Roberto Mancini) ou néerlandais (Louis van Gaal, Guus Hiddink) au chômage circulent en cas d’éviction de l’ancien technicien de Séville. Sans oublier un autre Batave, Patrick Kluivert, actuel directeur du football au PSG, que certains verraient bien assumer un intérim au cas où…

Et les statisticiens vont évidemment ressortir les données des PSG-Lorient en L1: 5 victoires partout et 2 nuls! Pas très bon pour le moral des Parisiens…

Bernard Casoni, coach de Lorient et ancien joueur de l’ennemi juré Marseille, rêve de finir 2016 sur un succès au Parc des Princes. 

. Ambitions marseillaises

Rudi Garcia, lui, a réussi à redresser la situation de l’OM, passé de la 12e à la 6e place en 9 matches de L1 sous ses ordres (4 victoires, 3 nuls, 2 défaites).

Le rendez-vous en Corse représente un petit tournant: une victoire et l’OM viendrait titiller le top 5 en finissant en beauté une année morose; une défaite et l’OM pourrait retomber dans l’anonymat du ventre mou et une certaine amertume, une semaine après son élimination en Coupe de la Ligue.

Ce match face à Bastia (12e) est aussi le dernier avant le mercato hivernal, où la nouvelle direction mise en place par l’Américain Frank McCourt pourrait s’activer.

Le derby méditerranéen se disputera en tout cas sans les supporters marseillais, interdits de déplacement par le ministère de l’Intérieur en raison de risques de troubles à l’ordre public en marge d’une confrontation souvent houleuse.

. Revanches finales

Nice, Monaco et Lyon ont tous trois des revanches à prendre pour finir l’année lors de matches pouvant leur servir à affermir leurs statuts.

Les Niçois de Balotelli, déjà champions d’automne, retournent à Bordeaux où ils se sont fait sortir de la Coupe de la Ligue la semaine dernière (3-2). Les hommes de Lucien Favre, privés de Dante victime d’un choc sur le genou, affronteront des Girondins sans Ménez (suspendu) qui tenteront de garantir leur place dans le top 10.

Monaco n’a pas digéré son revers face à l’OL dimanche (3-1), et son vice-président Vadim Vasilyev a accusé le patron lyonnais Jean-Michel Aulas d’influer sur l’arbitrage en façonnant un climat psychologique propice. Comment réagiront les joueurs de Leonardo Jardim sur le terrain? L’ASM a connu un coup d’arrêt sportif, raison de plus pour son incroyable attaque (3 buts par match en moyenne!) de se déchaîner contre Caen (16e)…

L’OL de son côté, porté par un Valbuena flamboyant mais privé de Tolisso (genou) et Rafael (pied), a l’occasion contre Angers de confirmer son succès sur le Rocher et de conforter sa 4e place, en prenant sa revanche sur une équipe venue s’imposer à Lyon 2-0 il y a un an. Et rien de mieux qu’une victoire pour Bruno Genesio au moment de ponctuer sa première année comme entraîneur principal.

Mercredi:

(20h50) Nantes – Montpellier

Monaco – Caen

Saint-Etienne – Nancy

Dijon – Toulouse

Metz – Guingamp

Bordeaux – Nice

Paris SG – Lorient

Lyon – Angers

Lille – Rennes

Bastia – Marseille

L'entraîneur du PSG Unai Emery lors du match contre Guingamp le 17 décembre 2016 au Roudourou. © AFP

© AFP/Archives FRED TANNEAU
L’entraîneur du PSG Unai Emery lors du match contre Guingamp le 17 décembre 2016 au Roudourou

Article précedent

Côte d'Ivoire: un refuge pour les enfants "maudits"

Article suivant

Turquie: l'assassin de l'ambassadeur russe avait protégé Erdogan

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Ligue 1: Paris effrayé, Marseille en féerie