ACTUS LOCALESSOCIAL

L’intersyndicale joue la pédagogie

Syndicat

Lundi après-midi, l’intersyndicale a organisé une conférence de presse pour expliquer les raisons précises de la dénonciation du plan social mis en place dans les îles par Air Tahiti en 2015. Les syndicats du personnel aéronautique des îles pointent du doigt les conséquences « inacceptables » sur le salaire des employés.

Les syndicats estiment qu’il est « temps de communiquer pour que la population sache pourquoi on fait grève ». L’un des points d’achoppement principal du conflit en cours à Air Tahiti concerne le plan social lancé dans les îles par la compagnie en 2015. Les principaux archipels impactés sont les Gambier, les Australes, les Tuamotu et les Marquises. Cela représente 160 salariés sur 39 escales. Ce plan social ne prévoit aucun licenciement mais une baisse minimum de 50% des salaires. Pour la secrétaire général du syndicat autonome du transport aéronautique (SATA), Mariana Snow, une telle baisse ne peut pas être supportée par les employés qui, pour la majorité, sont déjà à temps partiels.

En février dernier, un protocole d’accord validant le principe de ce plan social avait été signé par le SATA. Mais aujourd’hui, le syndicats estime aujourd’hui que le calendrier et les dispositions du protocole n’ont pas été respectés. Selon le syndicat, les salariés n’ont pas été régulièrement informés par la direction. Le SATA a donc rejoint les autres syndicats qui n’avaient pas signé le protocole de 2015. Au début du conflit à Air Tahiti, les syndicats ont proposés à la direction une « suspension » du plan social pendant six mois pour en réexaminer les conditions. La proposition a été refusée par la direction. Les syndicats demandent donc aujourd’hui purement et simplement l’abandon du plan social.

Article précedent

Le Tahoeraa tacle Fritch sur la grève à Air Tahiti

Article suivant

Timides négociations chez Air Tahiti

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

L’intersyndicale joue la pédagogie