ACTUS LOCALESPOLITIQUE

L’officialisation des langues polynésiennes retoquée

C’était une promesse de campagne, le député Tavini Moetai Brotherson a tenté de déposer un amendement visant à rendre officielles les langues polynésiennes durant l’examen du projet de loi constitutionnelle le 27 juin dernier. Le député reconnaît qu’il s’y attendait : l’amendement a été rejeté.

Le député Tavini, Moetai Brotherson, a partagé jeudi sur sa page Facebook la vidéo de son intervention pour défendre un amendement visant à officialiser les langues régionales selon les territoires. Un amendement déposé en commission des lois dans le cadre de l’examen du projet de loi constitutionnelle, le 27 juin dernier à Paris. Le député rappelle que « rendre les langues polynésiennes officielles » faisait partie de sa profession de foi lors des législatives.

Lors de son intervention, Moetai Brotherson explique que son amendement vise à établir une liste des langues régionales reconnues « comme langues de la République ». Le député dit regretter « une approche obsolète » de « la notion de langue officielle unique » avant de rappeler que de nombreuses nations possèdent différentes langues officielles. Moetai Brotherson évoque le cas de la Nouvelle-Zélande et glisse une boutade sur le « patriotisme » des All Black.

A la fin de son intervention, le député affirme « ne pas se faire trop d’illusion » sur l’avenir de cet amendement. A raison, puisque la proposition a été rejetée quelques minutes plus tard par le rapporteur du projet de loi au motif que « la notion de co-officialité de la langue, cela pose évidemment un problème beaucoup plus lourd. Parce qu’il supposerait que la maitrise d’une de ces langues et seulement d’une de ses langues, devienne une condition d’accès pour l’accès à l’emploi public ».

Conclusion du député indépendantiste : « le constat est navrant, la France n’est pas prête d’envisager d’avoir plus d’une seule langue officielle ».

Article précedent

Oui, le Heiva 2019 aura bien lieu

Article suivant

Quand Arue entretient à grands frais les routes du Pays

3 Commentaires

  1. simone grand
    6 juillet 2018 à 15h04 — Répondre

    Avant d’arriver à l’officialisation, il serait bon de faire le nettoyage at home et rappeler que la langue tahitienne na pas pris sa source au Moyen-Orient, mais dans le Sud-est asiatique.

  2. 7 juillet 2018 à 9h40 — Répondre

    Pas facile de trouver un consensus dans le giron de la France. La solution passe par l’indépendance ou un statut d’Etat associé. Ayons le courage de dire les choses clairement…

  3. 7 juillet 2018 à 10h56 — Répondre

    Offres & Investissements

Répondre à Pierre Martin Annuler la réponse.

PARTAGER

L’officialisation des langues polynésiennes retoquée