ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Loi anti-fraudeurs révisée, tensions tavana-Pays apaisées

© Radio 1

© Radio 1

Retour à « l’apaisement » jeudi matin entre les tavana et le Pays après l’épisode houleux du congrès des communes. Sur la question épineuse de la loi anti-fraudeurs au RSPF, Edouard Fritch ne veut pas d’abrogation mais a proposé une concertation avec les élus communaux pour amender le texte.

Le président Edouard Fritch, accompagné de plusieurs de ses ministres, a reçu une délégation de huit tavana jeudi matin suite à la résolution tumultueuse du dernier congrès des communes. Une réunion de deux heures pour évoquer plusieurs sujets d’actualité, tels que la loi anti-fraudeurs au RSPF ou encore le toilettage du statut avec notamment la question des compétences partagées avec les communes. Le tavana de Tahuata, Félix Barsinas, qui représentait les îles Marquises, affirme que la réunion s’est bien passée. Les « malentendus » ou les « tensions » « sont apaisées ». L’objectif recherché par les tavana était de renouer le dialogue avec le président et de travailler sur les « grands dossiers ». Concernant la loi « anti-fraudeurs », dont les tavana demandaient l’abrogation, les présidents du Pays et du Syndicat pour la promotion des communes (SPC) se sont mis d’accord sur la mise en place d’un groupe de réflexion. Un groupe composé d’élus communaux et de représentants afin d’améliorer ce texte. En revanche, pas d’abrogation en vue. Des amendements devraient être proposés aux élus de l’assemblée d’ici le mois de septembre prochain, comme l’explique Félix Barsinas.

Concernant le toilettage du statut sur le volet communal, les tavana estiment qu’il faut qu’il y ait « une cohésion » entre l’Etat, le Pays et les élus de proximité. Ils proposent d’organiser un déplacement pour « convaincre » Paris. Les tavana ont rappelé qu’ils veulent être des « partenaires » et être « pris en considération ».

Article précedent

Elections américaines: les "regrets" de Donald Trump

Article suivant

Canada: le cinéma, outil d'émancipation de la jeunesse autochtone

1 Commentaire

  1. Lydie
    19 août 2016 à 14h08 — Répondre

    Il faut espérer que Mr Fritch reverra sa copie concernant cette fameuse loi anti-fraudeurs au RSPF. C’est une bien mauvaise excuse de faire basculer de RSPF à RNS ceux qui ont perdu leur emploi et dont la famille est solidaire. Ceux qui n’ont pas cette chance où se retrouvent-ils? A la rue, plusieurs centaines et pour ces personnes, aucun droit, aucune solidarité du Pays.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Loi anti-fraudeurs révisée, tensions tavana-Pays apaisées