ACTUS LOCALESPOLITIQUE

L’UPLD se rebranche sur la bataille du Secosud

Le président du groupe UPLD à l’assemblée, Antony Géros, et l’élue, Valentina Cross, ont dénoncé jeudi matin lors d’une conférence de presse les « pressions » et « tractations politiques » à l’œuvre selon eux pour favoriser EDT dans l’appel d’offre concernant l’attribution du marché de la distribution de l’électricité au Sud de Tahiti. Les élus s’étonnent que la plainte déposée en août dernier n’ait pas abouti. Ils considèrent que si Teva Rua Nui, société concurrente à EDT, gagne cet appel d’offre, cela aura un effet domino et provoquera un « scénario catastrophique pour EDT » puisque tous les consommateurs de la Polynésie pourraient demander à s’aligner sur les mêmes tarifs que Teva Rua Nui, qui selon les élus reviennent « trois à quatre fois moins chère que EDT ».

L’UPLD a invité les médias jeudi matin dans leurs locaux. A l’ordre du jour, l’appel d’offre lancé par le Syndicat pour l’électrification des communes du Sud de Tahiti (Secosud) pour la distribution de l’électricité pour les 17 ans à venir concernant les communes de Teva i uta, Taiarapu Est et Ouest et Hitiaa o te ra. Une lettre ouverte a d’ailleurs été envoyée au président du Secosud Anthony Jamet, avec copie au procureur, pour l’interpeller concernant les « irrégularités (…) dont certaines relèvent du code pénal » selon l’élue UPLD et de Teva i uta Valentina Cross. L’élue bleue dénonce également  « les pressions et les harcèlements exercés par le gouvernement et leurs émissaires sur les membres du conseil syndical qui avaient voté contre la société EDT Engie ». Et les tractations politiques avec notamment le changement des représentants au sein du Secosud. L’élue UPLD ValentinaCross affirme que Teva Rua Nui, société concurrente à EDT est « trois à quatre fois moins chère que EDT ».L’élue UPLD affirme surtout que si Teva Rua Nui venait à remporter le marché, il y aurait un « effet domino » et que cela pourrait avoir des répercussions pour toute la Polynésie « ce n’est pas un enjeu Secosud, c’est un enjeu pour toute la Polynésie ».

De son côté le président du groupe UPLD à l’assemblée Anthony Géros se dit « désolé » car la plainte déposée en août dernier, pour « favoritisme et recel de favoritisme »  n’a eu aucun effet « on n’a pas été entendu » mais il ne compte pas rester là. Il estime que si rien n’est fait d’ici là, il compte bien saisir le garde des sceaux.

Article précedent

Claude Drago rebondit à la polyclinique Paofai

Article suivant

Alice Tinorua quitte l'assemblée, Evans Haumani monte

1 Commentaire

  1. Tiare
    17 février 2017 à 10h32 — Répondre

    On aimerait bien payer notre électricité au moins cher mais avec les magouilles entre gouvernement et EDT, on se fait toujours rouler dans la farine.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

L’UPLD se rebranche sur la bataille du Secosud