ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Majorité sous tension au Tapura

Après le débarquement de Sylvana Puhetini de la présidence du groupe Tapura à l’assemblée, des tensions sont apparus au grand jour au sein de la majorité. Tensions liées à la composition du gouvernement, à l’attribution des commissions ou encore à de vieilles querelles entre ex-A Ti’a Porinetia et « frondeurs » du Tahoeraa. Edouard Fritch a même menacé la semaine dernière de « démissionner » si sa majorité n’arrivait pas à s’entendre.

Ca gronde ces derniers jours chez les élus du Tapura. Le débarquement de la présidente du groupe rouge et blanc à l’assemblée a été la goutte d’eau qui a fait déborder un vase rempli de mécontentements autour de la composition du gouvernement, de la répartition des commissions, ou encore de la place donnée aux anciens de A Tia Porinetia dans la majorité. Critiqué sur ses choix, Edouard Fritch a tapé du poing sur la table la semaine dernière.

Déceptions à l’annonce du gouvernement…

Premières déceptions dans la majorité, la répartition des portefeuilles ministériels. Edouard Fritch a gardé secrète la composition du gouvernement jusqu’à la dernière minute, craignant des « fuites » comme lors de l’élection de Gaston Tong Sang à la présidence de l’assemblée la veille.

Problème, de sources internes au Tapura, des discussions avaient déjà eu lieu avant la formation du gouvernement sur la répartition des commissions à l’assemblée. Certains élus à qui des commissions avaient été retirées « se voyaient déjà au gouvernement ». « Des colistiers se voyaient aussi monter à l’assemblée, (…) ils avaient même fait le tour de l’assemblée pour choisir d’ores et déjà leur bureau ». La déception a donc été grande pour certains élus du Tapura, puisque finalement « leur prétention n’a pas été assouvie ».

L’attribution des commissions fait des jaloux…

L’attribution des commissions n’a pas été plus simple. Rien que pour la commission permanente, trois candidats se sont proposés. Benoit Kautai, Frédéric Riveta et John Toromona « têtu et borné » selon les déclarations d’Edouard Fritch à sa majorité. Finalement, John Toromona a gardé la présidence de la commission permanente. Frédéric Riveta a pris la troisième vice-présidence de l’assemblée. Et Benoit Kautai a récupéré la commission de l’Agriculture, à Thomas Moutame qui se voyait ministre de l’Agriculture…

Le tavana de Punaauia, Rony Tumahai, s’était vu promettre une commission. Il a finalement dû y renoncer. Virginie Bruant avait abandonné l’idée de présider la commission de l’Economie pour éventuellement monter au gouvernement. Elle a récupéré la Santé et Antonio Perez l’Economie.

« Les élus de A Tia Porinetia sont les gâtés »

« Les élus de ATP sont bien placés et nous les fidèles ? Où est notre place aujourd’hui ?», lâche un représentant Tapura. Teva Rohfritsch est vice-président du Pays, Nicole Bouteau est ministre, Gaston Tong Sang est au perchoir et Antonio Perez a eu la commission de l’Economie. Plusieurs élus estiment que les anciens d’ATP sont moins « légitimes » que les premiers « frondeurs » du Tahoeraa.

En effet, ces derniers aiment à rappeler que : « si Edouard Fritch est là aujourd’hui, c’est que nous l’avons soutenu, nous avons quitté le Tahoeraa pour lui . (…) Le groupe A Tia Porinetia ne s’est positionné que bien après (…) vous n’allez qu’à aller dans les archives et refaire l’historique de notre parcours, c’est simple ».

La goutte d’eau de la présidence du groupe Tapura…

Le retrait de la présidence du groupe Tapura à Sylvana Puhetini a été la goutte d’eau. « On ne voit pas où est le problème, si elle va au perchoir c’est le vice président qui assure la présidence du groupe ». Un élu proche de l’ancienne présidente du groupe prend aujourd’hui sa défense : « ce n’est pas évident de gérer un groupe de 37 élus. Il faut mettre tout le monde à la même enseigne. (…) Parfois lorsqu’on est chef, on doit prendre des mesures, même si elles ne plaisent pas, pourvu que les objectifs soient atteints ».

Plusieurs élus considèrent que si un vote avait été effectué, Sylvana Puhetini aurait gardé sa fonction de présidente de groupe. « Puisqu’aucun texte ne l’interdit », rétorque un élu. Les pros Sylvana estiment que « si on s’est retrouvé avec une majorité confortable l’an dernier, c’est quand même grâce à elle ».

Antonio Perez prétendait également à la présidence du groupe à l’assemblée. « Il est venu ce soir là avec un organigramme et il nous a expliqué comment est-ce qu’il voyait le fonctionnement du groupe. Mais il a tout de suite été arrêté par une élue, ce qui n’a pas été du goût d’Edouard Fritch ».

Fritch menace de « démissionner »…

Invité à participer aux réunions la semaine dernière, Edouard Fritch a tenté de taper du poing sur la table. Fatigué par toutes ces querelles internes, il a affirmé devant sa majorité : « si cela continue je démissionne ».

Une menace qui n’a pas laissé insensibles les élus Tapura. Certains se disant estomaqués : « Est-ce digne d’un président de parler comme cela ? (…) Il n’avait pas non plus à nous imposer toutes ces choses depuis le début et là ça en est trop. (…) On n’a jamais rien dit pour garder la cohésion du groupe, mais à quel prix ? ».

Article précedent

L’affaire Papy Fat reviendra en appel

Article suivant

La Dépêche de Tahiti placée en redressement judiciaire

15 Commentaires

  1. Tunui raoulx
    11 juin 2018 à 19h26 — Répondre

    HO HO HO on se déchire déjà, QUELLE BANDE DE CHAPLINS ET CHAPLINES ON VA VOUS SUPPORTER ENCORE 4 ANS ;;;;;

  2. moana
    11 juin 2018 à 21h00 — Répondre

    Que des profiteurs.Leurs Intérêts personnels d’abord ,comment s’enrichir au maximum en étant ministres, président de ci de çà au détriment de l’intérêt général. Il est temps de réduire le nombre des représentants de moitié.Que des parasites. Quand on voit ses comportements de profiteurs quel que soit le parti politique, mieux vaut s’abstenir qu’être complices de ses parasites.

  3. Chaval
    12 juin 2018 à 5h30 — Répondre

    Ça sent pas bon tout ça, les égos de certains sont mis à mal, les jalousies et les hypocrisies se font jour, certains attendaient un gâteau et ils n’ont eu que le crouton, comment contenter tout le monde ? Sacré dilemme, des préférences, des choix il y en aura toujours dans les décisions prises par des responsables et des mécontents plus que des satisfaits. Où est dans tout cela l’intérêt du pays ? Alors si le Président compte démissionner là on rentre dans une ère d’instabilité que l’on croyait faire partie du passé. Les « loups » vont se manger entre eux, voilà où mène le goût du pouvoir. Lamentable tout de même.

  4. simone grand
    12 juin 2018 à 6h23 — Répondre

    Pour réduire les tensions dans un groupe, il est recommandé d’en réduire le nombre de membres car chacun est un pb en soi. En tous les cas, je n’ai pas voté pour des élus plus préoccupés par leur propre prestige et leurs surplus d’indemnités mais pour des serviteurs du peuple. S’ils ne sont pas contents, qu’ils démissionnent et aillent planter des taros ou des tiare. En espérant qu’ils sauront booster l’économie et non la plomber. Mea ha’ama

  5. simone grand
    12 juin 2018 à 6h24 — Répondre

    Honteux comportements. Nous les payons pour bosser pas pour se disputer des sièges et indemnités. S’ils ne sont pas contents, qu’ils démissionnent.

  6. Frogier Edgar
    12 juin 2018 à 6h49 — Répondre

    Oscar Temaru a raison : « L’Éducation Nationale ne fabrique que des crétins ! « 

  7. Frogier Edgar
    12 juin 2018 à 6h51 — Répondre

    Gaston Flosse a également raison: « Seront-ils capables de redresser l’Économie du Pays »

  8. Warning sign
    12 juin 2018 à 7h22 — Répondre

    Les semaines d’Edouard Fritch à la tête du pays sont comptées. Qu’il se rassure, il sera à la tête du premier groupe d’opposition face à un nouveau Rassemblement autonomiste sans lui.

  9. Teriivaea
    12 juin 2018 à 7h25 — Répondre

    En Polynésie, ce n’est pas la « lutte des classes » mais la « lutte des places ». La véritable motivation de nos élus ne vole pas très haut !

  10. Teiva 33
    12 juin 2018 à 7h48 — Répondre

    Arrêtez votre cinéma bande de clowns, le vrai qui est monté au créneau et qui s’est opposé au vieux en 2014 et qui a soutenu sans condition Edouard Fritch, c’est monsieur Moehau TERIITAHI, c’est lui le premier frondeur… Aujourd’hui qu’il est décédé, c’est tous ceux qui sont venus après qui se font appeler les « premiers frondeurs » ???
    Faites votre boulot et arrêtez de vouloir toujours plus en ne foutant rien !!!

  11. Moearii
    12 juin 2018 à 9h43 — Répondre

    Tous les mêmes : être à l’ APF pour ses intérêts personnels et surtout pas pour l’intérêt de la population… Pas étonnant que le taux d’abstention augmente à chaque élection : écoeuré 😠😠

  12. moemoe
    12 juin 2018 à 10h54 — Répondre

    Ils oublient tous qu’ils viennent du même moule: tahoeraa huiraatira. Chacun à voulu se démarquer en s’affichant dans une autre mouvance mais ce qui les trahi c’est leur formation politique: entraîner à sucer les deniers publics avec un égo surdimenssionné…qu’est ce que vous voulez faire avec ça? Faire avancer un peuple? Sûrement pas!!! Triste Polynésie et vivement que l’on tire la chasse à l’assemblée une bonne fois pour toutes.

  13. tatamino
    12 juin 2018 à 13h16 — Répondre

    des incapables, et vous allez encore voter pour eux ? encore 4 ans a se taper des rigolos comme ça, qui vont diriger notre pays a coup de querelle des anciens et des modernes ! nuls !

  14. Vaitiare
    13 juin 2018 à 8h49 — Répondre

    que ce soit dans la politique , dans les famille, dans un lieu de travail, ça toujours été comme ça , c’est pas du tout nouveau, il y aura toujours des jalousie, etc…….. Trop facile de les jugé vous êtes pathétique, à quoi vous attendez un groupe politique parfait sans problème, ou avez vue un groupe politique sans problème? moi j’ai voté et je continuerais a les soutenir, les encourager, peut importe les problèmes entre eux cela fait partie de la vie,sinon bonne journée et très très grand faaitoito,

  15. Tico
    13 juin 2018 à 14h21 — Répondre

    Ahhhh, mais quel cirque tout ça… c’est faire preuve de beaucoup d’amateurisme pour ne pas dire d’incompétence, et ces guignols qui se disputent pour des sucettes, c’est plus qu’indécent. Les appétits mals placés des uns et des autres éclatent au grand jour, en plus de dévoiler des arrangements en coulisse pour assouvir leurs ambitions perso., et pire, je pense qu’ils n’ont pas encore touché le fond. Bref, c’est pitoyable.

Répondre à Teiva 33 Annuler la réponse.

PARTAGER

Majorité sous tension au Tapura