ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

Les défenseurs des rivières investissent Papeete

© Cédric Valax

© Cédric Valax

Unis sous la bannière du syndicat No te aru tai mareva, une cinquantaine de membres des associations de défense de l’environnement se sont regroupés lundi matin autour du rond-point de Tahiti Nui à Papeete. Leurs objectifs sont toujours les mêmes, être reçus par le président Édouard Fritch et obtenir la création de comités de suivi dans chaque rivières et vallées de Tahiti où des extractions d’agrégats sont réalisés.

« Nous ne voulons pas rester dans nos vallées, sinon on va nous oublier », a déclaré Denis Helme, le président du syndicat No te aru tai mareva. Lui et plus d’une cinquantaine de manifestants se sont regroupés lundi matin sur et autour du rond-point de Tahiti Nui à l’entrée Ouest de Papeete. Pas de blocage, juste la volonté de se faire voir et de se faire entendre du gouvernement. Comme lors de la manifestation organisée la semaine dernière, Denis Helme veut obtenir du président Édouard Fritch la création de comités de suivi dans toutes les vallées de Tahiti où des extractions d’agrégats sont réalisées. Denis Helme demande toujours à être écouté et annonce qu’il restera sur place tant qu’il ne sera pas reçu par Édouard Fritch.

Denis Helme base son argumentaire notamment sur un rapport du CESC qui s’était autosaisi de la problématique des extractions de matériaux sur les sites naturels. Un rapport adopté en assemblée plénière en juillet 2011 à l’unanimité des membres présents. Un rapport qui dans ces conclusions annonçait que « la situation (environnementale, Ndlr) sur le terrain est donc clairement préoccupante et va empirer jusqu’à un point de non retour en cas d’inaction ».

 

 

Article précedent

« On ne pille pas les vallées »

Article suivant

Bleus et oranges "favorables" à la commission d'enquête

3 Commentaires

  1. Delwaulle
    31 août 2015 à 19h38 — Répondre

    La politique c’est mettre en place des actions qui permettent de répondre aux besoins de tous tout en préservant les générations futures.

    http://www.corela.org/publications/plaquettes/documents/200608TechniquesVegetales.pdf

  2. simone grand
    1 septembre 2015 à 7h29 — Répondre

    Et dire qu’en plus, on se veut leader du combat contre le réchauffement climatique
    C’est d’une cohérenc!!!!

  3. Paitia
    1 septembre 2015 à 11h31 — Répondre

    Je vois que l’argent est au pouvoir !! Le politicien a le nez parfumé ,bouché par l’odeur de l’argent , je l’ai clairement entendu de la bouche du représentant des engins . Nous sommes avec vous , continuez et ne cédez rien . Stop au abus , le CESC le confirme . Beaucoup qui le pensent à voie basse prennent conscience de l’importance du sugé . Allons devant le tribunal pour le bien de l’avenir de tous .

Laisser un commentaire

PARTAGER

Les défenseurs des rivières investissent Papeete