INTERNATIONAL

Manifestations, polémique: Trump connaît un début de mandat agité

Washington (AFP) – Le président américain Donald Trump a entamé son mandat avec des manifestations massives d’opposants et s’est lancé dans une nouvelle polémique avec les médias, accusés de minimiser son soutien populaire.

Plus de deux millions de personnes, femmes surtout, ont participé samedi aux « Marches des femmes » organisées à travers le pays pour la défense des droits civiques et contre Donald Trump. De nombreux rassemblements ont également eu lieu dans le monde.

Ils étaient plus d’un million à Washington selon les organisateurs, un demi-million de manifestants à Los Angeles selon la police, ainsi qu’à New York, et des centaines de milliers à Chicago, Dallas, San Francisco, St Louis, Denver, Boston et dans des dizaines de villes américaines.

Face aux chiffres en comparaison peu flatteurs donnés par la presse pour la participation à la cérémonie de vendredi, le milliardaire s’en est pris samedi avec véhémence aux médias, accusés d’avoir menti sur l’estimation du nombre de personnes ayant assisté à sa prestation de serment.

« Honnêtement, cela avait l’air d’un million et demi de personnes, cela allait jusqu’au Washington Monument », l’obélisque du centre de la capitale américaine, a-t-il affirmé, contre toute évidence, à l’occasion d’une visite au siège de le CIA à Langley, en Virginie.

« Je regarde cette chaîne de télévision, et ils montraient des pelouses vides et parlaient de 250.000 personnes », a-t-il encore dit. « C’est un mensonge », a-t-il poursuivi.

Evoquant sa « guerre » en cours contre les médias, le 45e président des Etats-Unis a affirmé que les journalistes faisaient partie « des êtres humains les plus malhonnêtes de la terre ».

– ‘Rendre des comptes’ –

La marche des anti-Trump a été l’une des plus grandes manifestations de l’histoire de la capitale, et un aréopage de personnalités progressistes a pris la parole: le cinéaste Michael Moore, les actrices America Ferrara et Scarlett Johansson, la chanteuse Alicia Keys ainsi que Madonna, qui a fait une apparition surprise sur scène.

La police américaine ne fournit en principe pas de chiffres lors des manifestations mais les images aériennes diffusées vendredi par les télévisions américaines montraient une foule clairement inférieure à un million et demi.

Les autorités de la capitale ont pour règle de ne pas communiquer d’estimations de foules, afin d’éviter toute polémique. La seule façon de les estimer est de comparer les photos aériennes, qui montrent que l’investiture du républicain n’a rassemblé que quelques centaines de milliers de personnes, indiscutablement moins que pour Barack Obama en 2009.

Jamais depuis 40 ans un président américain n’avait pris le pouvoir avec un niveau d’impopularité aussi élevé que Donald Trump.

Avec 40% d’opinions favorables, Donald Trump est deux fois moins populaire que Barack Obama en janvier 2009, et moins populaire que Jimmy Carter, Ronald Reagan, George H. W. Bush, Bill Clinton et George W. Bush à leurs prises de fonctions, selon un sondage ABC/Washington Post, qui confirme la tendance d’autres enquêtes d’opinion publiées récemment.

Dans sa première conférence de presse à la Maison Blanche, Sean Spicer, porte-parole de M. Trump s’en est pris avec force aux journalistes, dénonçant des tentatives « honteuses » de minimiser selon lui le succès populaire de la prestation de serment du nouveau président.

« Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d’une investiture, point barre », a-t-il affirmé, sans fournir d’éléments concrets pour appuyer ses dires.

« Nous allons demander à la presse de rendre des comptes », a-t-il encore lancé, élevant la voix.

« Les Américains méritent mieux et tant qu’il sera le messager d’un mouvement, Donald Trump s’adressera directement à eux », a-t-il ajouté, refusant de répondre à la moindre question des journalistes présents.

– ‘Trump devrait avoir honte’ –

Le président a par contre tenté d’apaiser la polémique née de ses propos récents très critiques à l’encontre de la CIA, assurant à ses agents qu’il était « à 1.000% » derrière eux ».

« Nous sommes sur la même longueur d’onde, nous allons faire des choses fantastiques », a-t-il encore dit, évoquant en particulier la lutte contre le groupe Etat islamique.

« Nous devons nous débarrasser de l’EI, nous n’avons pas le choix », a-t-il martelé dans son discours devant le mémorial de la CIA à la gloire de ses employés tués en servant le pays.

« J’ai été réconforté par le fait que le président a fait un discours à la CIA », a déclaré l’ancien patron de l’agence Michael Hayden. Mais « cela aurait été encore mieux si c’était plus axé sur la CIA ».

Selon le New York Times, Nick Shapiro, chef d’état-major du chef sortant de la CIA John Brennan, qui a démissionné vendredi, a déclaré que ce dernier était « profondément attristé et furieux par l’auto-promotion méprisable » faite par Donald Trump devant le mémorial des héros de l’agence.

« Brennan pense que Trump devrait avoir honte », a ajouté M. Shapiro.

Manifestation anti-Trump devant la Maison Blanche, le 21 janvier 2017 à Washington. © AFP

© AFP Andrew CABALLERO-REYNOLDS
Manifestation anti-Trump devant la Maison Blanche, le 21 janvier 2017 à Washington

Article précedent

Hommages à l'Abbé Pierre, mort il y a dix ans

Article suivant

La primaire PS débute, suspense sur les résultats et la participation

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Manifestations, polémique: Trump connaît un début de mandat agité