ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Marcel Tuihani veut porter plainte en diffamation

© Cédric Valax

Trois jours après la diffusion de la lettre ouverte d’une soixantaine d’agents de l’assemblée l’accusant de « harcèlement », le président de l’institution, Marcel Tuihani, annonce qu’il entend déposer une plainte en diffamation contre ses auteurs. Il estime que ce courrier « est une opération de dénigrement contre ma personne en pleine période électorale ». Il considère que l’opération relève d’une « manipulation politique à l’approche des élections ».

Le président de l’assemblée, Marcel Tuihani, a réagi lundi matin lors d’une conférence de presse à la lettre ouverte d’une soixantaine d’agents de l’assemblée l’accusant vendredi de « harcèlement ». Une lettre qu’il considère « mensongère, et insultante ». Pour le président de l’assemblée, « ce qui se passe est intolérable ». Marcel Tuihani annonce donc qu’il compte saisir la justice pour « diffamation ». Il considère que cette opération relève d’une « manipulation politique à l’approche des élections ».

A l’occasion de sa conférence de presse, Marcel Tuihani a souhaité rappeler qu’il attendait des agents « qu’ils honorent la mission de service public qui est la leur ». Il a également rappelé que le fonctionnement précédent de l’assemblée ne favorisait pas une telle réforme de l’organisation de l’institution, puisque les précédents présidents ne passaient qu’une seule année au perchoir. « Les personnels de notre assemblée ont vu défiler les politiques, tandis qu’eux restaient en place. Cette situation a sans doute crée chez certain le sentiment que les services étaient immuables et qu’ils assuraient la pérennité de l’institution ».

Marcel Tuihani a tenu à inviter les agents de l’assemblée à être « exemplaires en matière de gestion des deniers publics »« Des milliers de personnes n’ont pas d’emplois. L’argent public est un bien rare que nous devons dépenser avec intelligence et exigence ». Il assure donc que sa réorganisation des services va être maintenue. Au nom, justement, de l’exigence d’exemplarité.

Article précedent

Malaise à l'APF : les élus plutôt en retrait

Article suivant

Une jeune baleine s'éternise dans le lagon de Tikehau

7 Commentaires

  1. vetea
    12 février 2018 à 15h19 — Répondre

    je ne suis pas toujours d’accord avec vous notamment votre aveuglement d’avoir suivi le pathétique Flosse presque jusqu’au bout. Vous avez sauté du navire un peu tard lorsqu’on sait la réputation sulfureuse de ce monsieur. mais là, je vous soutiens à 100%. il est temps de réformer cette assemblée et j’espère toute l’administration. Tenez bon, face aux résistances.

  2. HIRINAKE
    12 février 2018 à 19h22 — Répondre

    Monsieur Tuihani j’espere que vous avez les cuisses propres auquel cas allez-y c’est bien mais faites attention a l’histoire de « l’arroseur arrose »…faaitoito

  3. HEIVA
    13 février 2018 à 8h03 — Répondre

    Je vous encourage Monsieur le Président de l’APF à déposer plainte pour DIFFAMATION.

    De OUT les fainéants et place aux jeunes gens motivés qui veulent travailler à l’APF …

    Prenez des mesures pour sanctionner les profiteurs et retirer leur la prime qu’ils ne méritent point.

  4. TAOAHERE
    13 février 2018 à 8h21 — Répondre

    Vous citez plusieurs personnes compétentes et je confirme qu’elles sont performantes et connus pour être de bon agents au seins de l’administration et vous avez bien choisit les bonnes et elles méritent grandement leurs postes aux seins de votre équipe …

    BRAVO Monsieur le Président et aussi MERCI de mettre publiquement vos avis sur ce malaise qu’eux même ont créés.

    FAAITOITO et que JUSTICE soit accomplis …

  5. Pierre André
    13 février 2018 à 10h22 — Répondre

    Moi j’veux bien travailler à l’AT avant que Marcel ne m’oblige à une meilleure productivité. Ma solution : passer pour un malade perpétuel à la charge de la CPS et de ses cotisants ?

  6. TAAHOA
    13 février 2018 à 11h20 — Répondre

    Je ne suis partisan d’aucun camp, mais un peu étonné de la position de la journaliste qui n’interroge pas sur le fond de la lettre et le harcèlement. Aucunes questions sur les nominations des proches de Mr Tuihani en tant que chefs de service deux mois avant les élections territoriales. Je pense que le malaise se situe là et si il y a abus d’agents par rapport à leurs absences les sanctions et licenciements ont dut être effectué puisque le Président à dit qu’il s’occupe de cela depuis 3 ans.
    Mr Tuihani à réussi à tourner ce document à son avantage car le manque d’investigation de la journaliste lui à ouvert des portes pour faire sa propagande, d’être quelqu’un d irréprochable….
    Énormément de personnes sont nommés suivant le bon vouloir politique, un peu affligeant qd même,Rappelons nous des 4 chargés d’études de l’assemblée que Radio 1 avait dévoilée en 2016, chasser le naturel il revient au galop, l’école du Fe’i.

    • 13 février 2018 à 13h14 — Répondre

      Bonjour, Marcel Tuihani avait été interrogé jeudi dernier par Radio 1 sur le fond de la lettre ouverte et les accusations de harcèlement. Voir nos articles de vendredi. Nous avons ensuite été les premiers à publier, in extenso, la lettre ouverte des agents de l’APF dès vendredi midi. Quant à votre objectivité, elle semble tout de même assez relative à la lecture de vos deux uniques commentaires très orientés sur le site de Radio 1, courageusement anonymes au passage, sur deux articles concernant précisément cette affaire.

Répondre à TAOAHERE Annuler la réponse.

PARTAGER

Marcel Tuihani veut porter plainte en diffamation