AFPINTERNATIONAL

Masters: un fiasco français

Londres (AFP) – Gaël Monfils hors-course et forfait pour son dernier match. La paire Mahut/Herbert éliminée et potentiellement détrônée: le Masters a tourné au fiasco pour le tennis français à Londres.

S’il fallait remonter le moral du tennis tricolore après la défaite crève-cœur des filles en finale de Fed Cup dimanche dernier, c’est raté…

Quatre matches, quatre défaites. Voilà le bilan sans appel des prestations conjuguées du N.1 français et de la paire N.1 mondiale dans le grand bal de fin d’année, réservé aux huit meilleurs de chaque catégorie.

Arrivé avec une blessure aux côtes qui n’a fait que s’aggraver, Monfils, 6e mondial, n’a pas réussi les « miracles » qu’il espérait et s’est logiquement incliné face à Milos Raonic et Dominic Thiem.

Eliminé de la course aux demi-finales après ces deux défaites, il a préféré arrêter les frais en annonçant mercredi soir, lors d’une conférence de presse convoquée à la va-vite, son forfait pour son dernier match de poule face à Novak Djokovic jeudi.

« Depuis ma blessure, je n’ai jamais rejoué sans gêne. J’ai fait ce que j’ai pu, mais avec les entraînements et les matches, ça n’a fait que se dégrader. Il fallait arrêter avant que ça ne devienne trop grave », a expliqué le N.1 français, qui laisse ainsi à son pote belge Goffin l’opportunité de découvrir le Masters.

« Aujourd’hui j’ai tenté, j’ai fait un peu de physique. Ce n’est pas passé. Il y a beaucoup de déplacements qui me font de plus en plus mal. Je ne pense pas avoir aggravé ma blessure mais je l’ai +re-réveillée+ », a-t-il insisté, pressé d’en finir.

– Le trône sous la menace –

Si Monfils était de toute façon un gros outsider dans ce tournoi, la déception est en revanche immense pour le double Herbert-Mahut.

Les deux Français gardaient un formidable souvenir de Londres où ils avaient soulevé en juillet le plus prestigieux trophée du tennis, à Wimbledon.

Il faut croire que le duo est nettement moins inspiré par l’O2 Arena où il s’était déjà abîmé en poules l’année dernière, là aussi à la surprise générale.

Battus lundi après leur « plus mauvais match » en deux ans, ils ont de nouveau sombré, face aux Espagnols Marc et Feliciano Lopez.

« On n’était pas au niveau qu’on attendait, surtout dans le premier match qui nous met dedans. Les attentes sont plus fortes, c’est bien, ça va nous faire grandir », a commenté Mahut.

Il s’agit d’une nouvelle grosse douche froide pour Mahut et Herbert qui avaient également complètement raté leur rendez-vous avec les jeux Olympiques cet été, avec une élimination d’entrée.

L’émotivité de Herbert, auteur d’une double-faute coupable à 8-8 au super tie-break, a encore coûté cher au double français qui risque désormais de perdre sa place de N.1 de la spécialité.

« Cette double, je ne pense qu’à ça depuis tout à l’heure. L’année dernière déjà j’en avais fait un paquet. Peut-être que je ne peux pas jouer un bon tennis dans cette salle », a déploré Herbert. 

Jamie Murray, le frère d’Andy, et Bruno Soares leur passeront devant au classement ATP en cas de titre à Londres, voire même en cas de demi-finale, si les Français perdent aussi leur troisième match de poule.

Leur dernier match vendredi garde un enjeu pour Mahut qui, à titre individuel, peut devenir le premier Français de l’histoire du tennis à finir l’année en N.1 mondial du double avec une victoire.

« Je veux surtout qu’on termine sur une bonne note. Ca ferait mal de repartir avec trois défaites », a souligné l’intéressé.

Gaël Monfils, lors de son 2e match au Masters de Londres, face à l'Autrichien Dominic Thiem, le 15 novembre 2016. © AFP

© AFP GLYN KIRK
Gaël Monfils, lors de son 2e match au Masters de Londres, face à l’Autrichien Dominic Thiem, le 15 novembre 2016

58989f1aff6e13294df73f9275e2a6cab41d3fba-2
Article précedent

Maison Blanche: la transition s'organise, au milieu des rumeurs

4c119df1ec39ccd3809af53aecd5938528f25c47
Article suivant

Pauvreté: le Secours catholique interpelle les candidats à la primaire de droite

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Masters: un fiasco français