EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Même les milliardaires se sont mis au survivalisme – Edito 18/02/2019

Il y a régulièrement à la télé des reportages sur ceux que l’on appelle les survivalistes. Des gens qui se préparent à la fin du monde tel que nous le connaissons. Que ce soit en raison d’un effondrement des gouvernements et l’émergence d’une anarchie violente ou encore d’un conflit nucléaire global avec l’obligation de rester caché sous terre pendant au moins 6 mois à 1 an afin d’éviter les retombées radioactives.  Ils partent du principe que l’on n’est jamais trop prudent. Ils stockent des tonnes de rations de survie, des gallons d’eau, des médicaments, des armes, et construisent des bunkers. Ceux que l’on montre généralement dans les émissions ce sont les plus hauts en couleurs, dont les traits sont forcés et qui sont aussi le plus souvent des complotistes. Alors on regarde ça avec un petit sourire en coin.

Toutefois, il semblerait que la plupart des grands chefs d’entreprises et autres milliardaires à travers la planète, en pleine possession de leurs moyens intellectuels, mieux informés que la moyenne de la population, font la même chose. C’est troublant. Un article des Inrockuptibles l’an dernier nous apprenait ainsi que la Nouvelle Zélande était en train de devenir le pays refuge potentiel pour de nombreuses fortunes de la Silicon Valley. Chez nous le québécois Guy Laliberté le créateur du Cirque du Soleil a créé à Nukutepipi outre des villas de luxe qui se peuvent se louer jusqu’à 120 millions de franc par semaine, un petit paradis autosuffisant qu’il occuperait seul avec sa famille et d’autres proches si notre civilisation venait à s’écrouler.

Par ailleurs souvenez-vous de ce fameux, ou plutôt devrais-je dire « fumeux », projet d’île flottante pour richissimes libertariens qui était censé ouvrir dans nos eaux. A l’origine le Seasteading Institute qui en est à l’initiative a été cofondé par le milliardaire Peter Thiel, justement l’un des fortunés qui a acheté une immense propriété en Nouvelle Zélande.

Certains se sont fait opérer des yeux en anticipant le fait qu’il serait difficile d’obtenir de nouvelles lunettes dans un monde à la Mad Max, d’autres ont un hélicoptère avec pilote à disposition 24h/24 juste au cas où. J’ai pas mal lu sur le sujet du coup et ce qu’il en ressort  John Adama le fondateur d’un site spécialisé le résume très bien : « En dix ans, les choses ont beaucoup changé, à tel point que ce n’est plus considéré comme étrange. Ce qui est désormais étrange, c’est plutôt de ne pas être préparé ! ». C’est limite dérangeant.

En plus ce week-end on apprenait dans les médias, et ce n’est pas une fake news, qu’une épidémie qui rend des cerfs dans un état de « zombie » s’avérerait transmissible à l’homme et il n’y aurait pour le moment aucun traitement. Bon. On va peut-être commencer à empiler les boîtes de conserve : parce qu’on sait jamais.

Article précedent

Taha’a écrasée par ses dépenses en personnel

Article suivant

Coupe Tahiti Nui : Deux chocs entre Tahiti et Moorea ce mardi soir à Pater

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Même les milliardaires se sont mis au survivalisme – Edito 18/02/2019