INTERNATIONAL

Migrants: entièrement démantelée, la "Jungle" de Calais n'est plus

Calais (AFP) – Cette fois, c’est bien fini. Un an et demi après la naissance du camp, le démantèlement de la « Jungle » de Calais s’est achevé lundi, mais le gouvernement doit encore gérer 1.500 mineurs isolés mis à l’abri à proximité et le flot grossissant de migrants dans des camps à Paris.

Peu après 17H15, les pelleteuses ont détruit les derniers abris de l’ex-bidonville, une semaine jour pour jour après le début du démantèlement, au cours duquel 6.000 migrants environ ont été évacués.

Seules subsistaient, a constaté une équipe de l’AFP sur place, quelques dizaines de caravanes vides, qui doivent être enlevées mardi, tout près des conteneurs du Centre d’accueil provisoire (CAP) hébergeant les mineurs. Une petite église et deux petites mosquées, l’une dans la partie nord, l’autre dans la partie sud, n’ont pas été démolies, « pour permettre aux mineurs encore présents au sein du CAP de s’y recueillir », selon un communiqué de la préfecture du Pas-de-Calais.

Le directeur du cabinet de la préfète Fabienne Buccio, Étienne Desplanques, a effectué un dernier tour de la « Jungle » pour constater la fin de l’opération.

Durant l’après-midi, les engins ont procédé à la destruction méthodique de dizaines de caravanes, à un rythme effréné, avant que leurs débris soient ramassés par les camions-bennes.

Il restera encore des débris à évacuer dans les prochains jours pour nettoyer complètement le terrain, a précisé Étienne Desplanques à l’AFP. D’ailleurs, de petites pelleteuses ont continué d’arpenter les lieux jusqu’à la tombée de la nuit.

La nuit précédente, une dizaine de jeunes migrants avaient dormi à la belle étoile devant l’entrée du CAP, « comme depuis cinq jours », selon une bénévole britannique de l’association « Calais Kitchens ».

Ils sont encore près de 1.500 mineurs à être hébergés au CAP, proche de la limite de ses capacités d’accueil. Et ce, bien qu’entre 200 et 300 mineurs isolés aient déjà été transférés en Grande-Bretagne.

Samedi soir, un porte-parole du gouvernement britannique a confirmé que « plusieurs centaines d’autres enfants et jeunes gens seront acheminés au Royaume-Uni dans les jours et semaines à venir ».

– A Paris, des « contrôles administratifs » –

Sur place, ces jeunes sont en quête de nouvelles. Tel Mohammed, 18 ans, Soudanais, logé dans un conteneur du CAP, qui lance: « Terminé l’Angleterre, je veux rester en France maintenant. (…) Je n’ai plus aucun ami ici, ils sont tous partis à Amiens ou Arras ».

Mais pour l’écrasante majorité d’entre eux, passer de l’autre côté de la Manche reste une idée fixe.

« Je n’ai pas de famille là-bas, mais je parle anglais. Je ne veux pas monter dans un bus pour aller ailleurs en France », assure Abdallah, 14 ans, Afghan.

« J’aime vraiment l’Angleterre (…). La France aussi c’est bien, mais je veux aller en Angleterre rejoindre ma famille », renchérit Alan, Soudanais de 14 ans, veste rouge et chemise boutonnée jusqu’au col, qui vit depuis six mois dans la « Jungle ».

Des informations recueillies de plusieurs sources, mais non confirmées officiellement, font en effet état de l’affrètement ces jours prochains de nombreux cars pour conduire les jeunes du CAP vers des Centres d’accueil et d’orientation pour mineurs. Une idée évoquée explicitement par François Hollande samedi dans le Maine-et-Loire.

Pour les pouvoirs publics, l’enjeu est à la fois symbolique, en achevant le démantèlement promis de ce vaste bidonville, et pratique, en supprimant un lieu vu comme un point supplémentaire d’attraction des migrants, qui rêvent d’atteindre les côtes britanniques.

Pendant ce temps, dans le nord-est de Paris où quelque 2.000 personnes dorment depuis plusieurs jours, et en présence de cordons de CRS, une opération de « contrôle administratif » était en cours lundi sur le campement de migrants. Il s’agit de vérifier le droit au séjour des occupants et l’état sanitaire du campement, avant l’évacuation des lieux prévue cette semaine.

Menées régulièrement, ces opérations sont dénoncées par les collectifs de bénévoles. Quelques militants brandissaient des pancartes « non aux rafles des migrants ».

Un camion passe sur le site de la "Jungle" de Calais lors des opérations de démantèlement du bidonville, le 31 octobre 2016. © AFP

© AFP PHILIPPE HUGUEN
Un camion passe sur le site de la « Jungle » de Calais lors des opérations de démantèlement du bidonville, le 31 octobre 2016

c0b94adf77779029254827cde520d7589b147b4f-1
Article précedent

Tennis: "J'ai donné le bâton pour me faire battre" reconnaît Paire

75d3b3dc15629df84634223c5dc2a199d5bcadab-3
Article suivant

Deux ans de prison requis contre le couple aux 271 oeuvres de Picasso

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Migrants: entièrement démantelée, la "Jungle" de Calais n'est plus