INTERNATIONAL

Ministres de l'Agriculture à Chambord: les paysans contre la vie de château

Chambord (France) (AFP) – Les ministres européens de l’agriculture « mènent la vie de château quand les agriculteurs sont en train de crever », a déploré vendredi le président de la Coordination rurale, Bernard Lannes, aux portes du domaine de Chambord (Loir-et-Cher) où le syndicat agricole a appelé à un grand rassemblement.

« Notre agriculture est à genoux », affirme M. Lannes. Son organisation attend « au moins 400 paysans » à l’une des entrées du domaine, pour « un grand repas populaire sous les fenêtres des seigneurs européens » selon les termes de son appel.

De son côté, la Confédération paysanne a préféré mobiliser ses troupes vendredi matin à Blois, à une vingtaine de kilomètres de Chambord. Environ 120 manifestants et une vache étaient devant les bâtiments de la préfecture du Loir-et-Cher pour une « distribution de lait » au cri de « Pour nous, c’est pas la vie de château » et pour réclamer « une vraie régulation européenne pour les paysans en détresse ».

Invités après l’annonce de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, une vingtaine de ministres de l’Agriculture européens sont réunis vendredi au château de Chambord, pour réfléchir à la prochaine Politique agricole commune (PAC) 2020/25.

Un important dispositif de sécurité, avec « plusieurs centaines » de policiers et gendarmes selon la préfecture, a été déployé pour maintenir tout intrus hors de vue du château de Chambord, édifié au milieu du plus grand parc clos d’Europe, ceint de 32 kilomètres de murs.

« Mener une réunion de crise dans le fastueux château de Chambord, c’est une provocation, ou pour le moins une maladresse », a déclaré à l’AFP le président de la Coordination rurale.

L’organisation réclame « une aide directe, immédiate et non remboursable, de 500 euros à l’hectare » pour les agriculteurs en difficulé, confrontés à « la pire année depuis la guerre » en raison des aléas climatiques et de la chute des cours. 

« Les trésories des exploitations sont exsangues. Aucun secteur n’est épargné : si on continue comme ça, nous allons perdre 30% des agriculteurs », dit M. Lannes en précisant que son pronostic est celui des centres de gestion qui suivent la situation des exploitations.

Au-delà de l’aide d’urgence, la coordination rurale réclame « une régulation, un protectionnisme éclairé » pour permettre aux agriculteurs de vivre de leur production.

« Pour le moment, c’est les sacrifices aux agriculteurs, les bénéfices pour les autres : la banque, les assurances, les coopératives, l’industrie agroalimentaire, l’administration et la grande distribution. Cela ne peut plus durer ! », dit le président de la Coordination rurale.

Arrivée au château de Chambord des délégations ministérielles européennes de l'Agriculture, le 2 septembre 2016. © AFP

© AFP GUILLAUME SOUVANT
Arrivée au château de Chambord des délégations ministérielles européennes de l’Agriculture, le 2 septembre 2016

Article précedent

La baisse d'impôts pour les ménages en 2017 inférieure aux 2 milliards espérés

Article suivant

Le Collectif contre l'islamophobie: un rôle clivant dans le feuilleton burkini

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Ministres de l'Agriculture à Chambord: les paysans contre la vie de château