ACTUS LOCALESSPORTS

Mondiaux : Plusieurs rameurs qualifiés contrôlés positifs au paka et remplacés

© Va’a News

Plusieurs rameurs de la sélection tahitienne pour les prochains championnats du monde de va’a viennent d’être remplacés après avoir été testés positifs au cannabis. Des tests anti-dopage préventifs menés par la fédération tahitienne de va’a et le comité organisateur local des championnats du monde, pour éviter tout problème lors des prochains contrôles de la fédération internationale.

« Avoir des équipes au top » : c’est l’intérêt d’effectuer des tests préventifs avant une compétition internationale, d’après Damas Teuira, le coordinateur de la cellule anti-dopage de la direction jeunesse et sports. Il y a deux semaines, des tests préventifs ont été effectués sur plusieurs rameurs qualifiés pour les championnats du monde de va’a marathon, fin juin. Le Pays et la fédération ne veulent pas donner d’indications précises, dire combien de rameurs, combien de clubs sont concernés, mais on sait que plusieurs sportifs ont été testés positifs. À chaque fois, c’est le même produit interdit qui a été retrouvé dans les échantillons : du cannabis. Une substance inscrite sur la liste des produits interdits de l’Agence mondiale anti-dopage. Comme l’explique Damas Teuira, ces tests ont été lancés par la fédération, avec le comité organisateur des mondiaux, et c’est à elle qu’il revient d’imposer des sanctions si elle le souhaite.

La fédération tahitienne de va’a n’a pas mis en place de réglementation particulière. La seule sanction qu’elle prend, c’est d’écarter les rameurs contrôlés positifs. En revanche, les équipes qualifiées restent les mêmes, c’est seulement leur composition qui change. Dans une pirogue de six, s’il y a un rameur contrôlé positif lors d’une compétition, c’est l’ensemble de la pirogue qui est disqualifiée, alors la fédération a tout intérêt à présenter des équipes propres, souligne Damas Teuira.

Ce n’est pas une première pour la fédération tahitienne de va’a, cela fait des années qu’elle effectue des tests de dépistage avant les grandes compétitions – championnats du monde, mais aussi Jeux du Pacifique. Des tests qui coûtent cher. D’ailleurs, même lors des championnats du monde, peu de contrôles sont effectués : au Brésil, aucun contrôle n’a été mené, en Australie, seuls deux rameurs ont été contrôlés. Mais cela devrait changer le mois prochain, et en 2018, lors des championnats du monde vitesse. Des démarches sont en cours pour permettre à la cellule anti-dopage de la direction jeunesse et sports de mener des contrôles, indique Damas Teuira.

Les rameurs sont donc prévenus : il y aura des contrôles antidopage lors des championnats du monde, à la fin du mois prochain.

Article précedent

Nouveaux préavis de grèves dans l'hôtellerie

Article suivant

La vanille à l’honneur toute une semaine

4 Commentaires

  1. sosunser
    12 mai 2017 à 12h15 — Répondre

    Je savais pas qu’on pouvait se doper au cannabis.

    • Taaroa
      13 mai 2017 à 13h00 — Répondre

      Le canabis est considéré comme un relaxant thérapeutique bio dans certains pays

  2. Iritahua
    13 mai 2017 à 7h45 — Répondre

    Entant que sportif, quel est le plaisir de prendre du Paka. A rayer définitivement de la liste des sélectionnés, une sanction exemplaire pour ceux qui se droguent.

  3. Taaroa
    13 mai 2017 à 13h02 — Répondre

    Ou en est le programme d’Oscar de développer l’agriculture euphorisante verte en vendant du paka local aux touristes ?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Mondiaux : Plusieurs rameurs qualifiés contrôlés positifs au paka et remplacés