EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Ne cherchez pas d’excuses : oui, le BAC sert à quelque chose ! – Edito 12/06/2017

J’aimerais aujourd’hui m’adresser à tous ces ados qui la boule au ventre vont passer ce lundi leurs premières épreuves écrites du Baccalauréat. C’est un moment charnière dans votre vie et il risque de rester gravé à tout jamais dans vos esprits, alors autant mettre tous les chances de votre côté pour que ça reste un bon souvenir n’est-ce pas ?

Je vais être cash, si vous n’avez pas bossé, à moins d’un sacré coup de chance, ne vous attendez pas à faire des étincelles. Au mieux vous sauverez les meubles mais vous risquez de cumuler trop de points de retard et de vous retrouver au rattrapage, et au pire même vous louper complètement. Cela fait du bien de l’entendre de temps en temps : dans la vie on n’a rien sans rien. Sans effort de votre part, la récompense sera proportionnelle à l’énergie et au sérieux que vous aurez misé.

Je le disais déjà à ceux qui vous ont précédés l’an dernier : n’abordez pas ces épreuves en vous ayant formaté d’un état d’esprit défaitiste sur l’intérêt de décrocher son Bac à l’époque où l’on vit. Le diplôme a certes perdu de sa superbe, il ne paraît plus aussi solennel qu’avant, mais le poids du symbole ne doit pas être sous-estimé. N’écoutez pas ceux qui vous disent que le Bac ne sert plus à rien, que de toute façon ça ne changera pas le fait qu’au bout du compte vous allez galérer pour trouver du travail dans un marché de l’emploi congestionné qui ne fait aucun cadeau. Les quelques exemples d’étudiants ayant fini leurs études à BAC+5 et qui soit sont au chômage, soit exercent une activité professionnelle pour subvenir à leurs besoins alimentaires mais qui ne correspond pas à leur niveau de qualification : non, ce n’est pas la norme. Oui cela existe, on a connu des époques troubles, mais cela va mieux.

Dans un article du quotidien Le Monde publié en février dernier on apprenait ainsi que depuis 2012, le marché de l’emploi ne s’était jamais aussi bien porté pour les jeunes diplômés. En janvier de cette année, 77% d’entre eux se déclaraient en poste en entreprise, contre 70% en novembre 2015 et 51% en 2014. Ces chiffres ils sont issus de la 6e édition du «baromètre sur l’humeur des jeunes diplômés» réalisé par les instituts de sondages sérieux que sont les cabinets Deloitte et OpinionWay. Parmi les jeunes en poste, 70% ont signé un contrat à durée indéterminée (CDI) et 84% travaillent à temps plein. Pour les autres on note que la durée de recherche d’un emploi est plus courte et que moins de CV ont dû être envoyés. Et au Fenua les indicateurs économiques repartent au vert laissant augurer des lendemains qui chantent, plus justes.

Alors en dehors de l’importance des révisions, mais là je ne peux pas faire le boulot à votre place, ancrez-vous dans la tête que tout ce que vous faites, vous ne le faites pas pour rien. Les efforts paieront, hauts les cœurs les jeunes !

Article précedent

Plus de 686 étrangers attendus à Tahiti

Article suivant

Tatauroscope du mardi 13 juin 2017

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Ne cherchez pas d’excuses : oui, le BAC sert à quelque chose ! – Edito 12/06/2017