ACTUS LOCALESSPORTS

Nena accuse Sanquer et Fritch de favoriser certaines fédérations sportives

© Cédric Valax

© Cédric Valax

Le combat entre le président du COPF, Tauhiti Nena, et la ministre des Sports continue et est loin de se terminer. Après le retrait de la délégation de service public à sa fédération tahitienne de boxe, Tauhiti Nena est revenu samedi sur l’octroi de ladite délégation à la fédération de boxe anglaise. Tauhiti Nena dénonce un parti pris politique de Nicole Sanquer et considère que le président Edouard Fritch est « complice ».

Samedi matin, le président du COPF, Tauhiti Nena, entouré de plusieurs présidents de fédérations et associations sportives a affirmé que la ministre des Sports, Nicole Sanquer, et le gouvernement continuaient dans « leur bêtise et ont poussé le bouchon plus loin en donnant la délégation (de boxe, NDLR) à une autre fédération », alors même que l’affaire avec la fédération tahitienne de boxe est actuellement au tribunal. Tauhiti Nena concède que « le problème ce n’est pas qu’on donne une DSP a une autre mais c’est qu’on retire la nôtre ». Conséquences, la fédération tahitienne de boxe « n’a plus le droit d’organiser des championnats de Polynésie mais on peut organiser des Heiva tu’aro no Tahiti Nui ». « On aura zéro francs en subventions », poursuit Tauhiti Nena, lui-même ancien boxeur. Pour autant, le président de Tau Hoturau estime que l’argent n’est pas un problème puisque « une cinquantaine de soirée de boxe a été organisée » depuis le début de l’année. Mais Tauhiti Nena dénonce un parti pris politique pour d’autres fédérations : « comme le volley-ball (dont le président est Abel Temarii, adjoint au maire à Pira’e, NDRL) ils ont des cadres qui sont payés par le Pays pour que cette fédération fonctionne, alors que nous, nous n’avons que des bénévoles et qui plus est des cadres compétents ». Et pour Tauhiti Nena, il n’y a plus de doute : « le président du Pays est complice ».

Le président du COPF dit regretter « profondément » que la délégation de service public ait été accordée par la ministre des Sports à la Fédération de boxe anglaise présidée par D’Esli Grand-Pittman le lendemain même d’un challenge en mémoire de son père, Maco Nena.

« On va faire une économie d’un milliard de Fcfp en supprimant le ministère des Sports, le service jeunesse et sport et l’IJSPF », a lancé Tauhiti Nena samedi en rappelant que le comité olympique qu’il préside regroupait 39 fédérations et 70 000 licenciés.

© Comité Vahine Tane
Article précedent

"Les raerae ne sont pas que belles mais aussi cultivées"

rikitea-gravats
Article suivant

Le tavana de Rikitea ne veut plus des gravats de Hao

1 Commentaire

  1. moana
    7 novembre 2016 à 9h09 — Répondre

    Ce qui est choquant dans cette affaire,

    c’est le retrait abusif d’un acte de délégation sur des motifs infondés et fallacieux!

    signifiant la mort de la fédération en question et un préjudice matériel et moral irréparable,

    l’ensemble du monde associatif et sportif doit être tenu informé et doit ouvrir les yeux!

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Nena accuse Sanquer et Fritch de favoriser certaines fédérations sportives