EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

NFT : une nouvelle cyber folie – Edito 28/04/2021

Parfois les conséquences de l’enfermement, ou en tout cas de la modification subite de notre capacité à nous déplacer aussi librement qu’avant la pandémie, débouche sur des innovations qui elles-mêmes impactent sur les comportements et les habitudes. Aussi il n’est pas exclu, surtout lorsque l’on vit à des milliers de kilomètres des grands centres urbains où naissent les tendances, que nous puissions nous sentir, ici plus qu’ailleurs, largués face à des nouveautés déroutantes dont les médias internationaux se mettent à parler comme s’il était acté que tout le monde savait de quoi il en retournait.

J’en veux pour preuve les NFT. A force de voir des articles circuler sur le sujet, certains illustrant même des personnalités s’y mêlant, j’ai tenu à creuser un minimum pour me sortir de ma présupposée posture de gars qui était au fond de sa caverne quand tout était en train de changer.

NFT ça veut dire « Non-Fungible Token », en français ça donnerait « jeton non fongible ». C’est une crypto monnaie dont l’unité, contrairement au Bitcoin, ne peut pas être divisée ni dupliquée. Le terme vous est peut-être vaguement familier si vous avez entendu parler, comme ce fut le cas pour moi, de ces artistes qui ont fait fortune en vendant leur œuvre numérique rattachée à un NFT. On parle alors de « crypto-art ». Pour résumer, au même titre qu’un tableau réel, on peut transférer la propriété d’une création numérique dont le certificat est inclus dans le NFT auquel on l’a associé. Cela a ainsi débouché sur la vente le mois dernier d’une image au format jpeg pour la somme de 69 millions de dollars. En conséquence cela déchaîne les passions, et plus nombreux chaque jour sont ceux qui se lancent.

Lorsque vous achetez un vrai tableau, vous pouvez le conserver chez vous, rien que pour vos yeux au lieu de l’exposer pour qui que ce soit. Là des sommes folles sont payées alors que rien n’empêche quiconque de capturer l’image numérique associée à un NFT et de se la mettre en fond d’écran sur son smartphone. La personne faisant l’acquisition du certificat numérique se paye simplement le kif d’être enregistrée comme l’unique propriétaire légitime.

Dans les faits n’importe quoi peut être transformé en un « token ». Par exemple en me rendant sur une plateforme spécialisée, rien ne m’empêche de faire du replay de cet édito sur le web un NFT et d’espérer qu’il prenne de la valeur et que quelqu’un veuille bien me l’acheter. Je vous le concède tout cela est quand même assez bizarre. C’est à se demander si parfois il ne fait pas bon de rester au fond de sa caverne …

Article précedent

Accompagner les enfants de moins de 7ans avec l’ISEPP

Article suivant

LA PASSION DU VIN 28/04/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

NFT : une nouvelle cyber folie – Edito 28/04/2021