EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Notre profil Facebook va nous survivre, et ça se prépare … – Edito 11/05/2018

Facebook est devenu un catalyseur de tous ces moments gênants qu’on préférerait éviter.

Tous les jours on reçoit des alertes sur les anniversaires de ses amis, en un clic il est possible de le leur souhaiter pour afficher nos vœux sur leur mur. C’est ce que j’ai fait hier par exemple pour un de mes contacts. Mais en y regardant de plus près sur la liste qui m’était proposée je me suis rendu compte que l’option m’était offerte de le souhaiter à … une personne décédée. Je n’en étais pas spécialement proche, je suis donc passé par un horrible moment de doute. J’ai cliqué sur son profil histoire d’être sûr. En scrollant un peu sous les messages de ceux qui sans hésiter lui avaient souhaité un joyeux anniversaire pour sa supposée année de plus, je suis bel et bien tombé sur des hommages particulièrement poignants. Le doute n’était plus permis. Comme parmi les gaffeurs je connaissais quelqu’un il m’a donc fallu lui apprendre la disparition de ce contact que nous avions en commun et qui nous avait quitté depuis plus de deux ans quand même. … … « Awkward moment » comme diraient les anglophones selon l’expression populaire consacrée sur les réseaux sociaux.

Il n’est pas question aujourd’hui de plomber l’ambiance, je suis de ceux qui estiment que la mort … fait partie de la vie. Et qu’il faut pouvoir en parler sans fausse pudeur surtout à l’ère du tout numérique où finalement peu de médias nous expliquent comment gérer ce genre de nouvelle situation.  La première chose à faire si vous êtes un proche d’une personne disparue dont le profil Facebook est actif, c’est prendre sur vous et comprendre l’importance d’avertir de la situation le réseau social par l’intermédiaire d’un formulaire qui se trouve dans les pages d’aide. Dans un deuxième temps et afin de prouver la véracité de la funeste information vous devrez fournir un certificat de décès. Le profil du défunt se transformera ensuite en une page commémorative spéciale sur laquelle n’importe qui ne sera plus en mesure de poster du contenu par exemple de manière indirecte en identifiant le défunt dans des publications polluantes … ou de souhaiter un anniversaire qui met mal à l’aise …

Sachez qu’il nous est offert la possibilité, de notre vivant, de décider qui parmi nos contacts, aura le droit de gérer les publications sur cette nouvelle page. C’est ce que Facebook appelle des contacts légataires, et vous pouvez les définir avec leur accord dans les propriétés de votre profil. Si le cyber espace, lui, nous offre une présence permanente, une vie numérique éternelle, il est bon d’anticiper ce que l’on voudra laisser comme empreinte. S’il est déjà difficile de son vivant de protéger sa réputation, mettons toutes les chances de notre côté pour que la mémoire, elle, ne soit pas souillée.

Article précedent

Journal de 7:30, le 11/05/2018

Article suivant

La liste unique pour les élections à la CCISM

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Notre profil Facebook va nous survivre, et ça se prépare … – Edito 11/05/2018