ACTUS LOCALESECONOMIENOUVELLE-CALEDONIE

Nouvelle-Calédonie : les perspectives économiques s’assombrissent, d’après l’IEOM

L’Institut d’Emission d’Outre-Mer (IEOM) a publié son rapport annuel pour 2020 en Nouvelle-Calédonie. La crise sanitaire n’a fait que renforcer des difficultés économiques et structurelles déjà amorcées depuis plusieurs années, et les perspectives économiques du territoire s’assombrissent, laissant craindre une incapacité de remboursement des institutions calédoniennes. Les précisions de notre partenaire Outremer 360°.

La crise sanitaire n’a fait que renforcer des difficultés économiques et structurelles calédoniennes déjà amorcées depuis plusieurs années, et les perspectives économiques du territoire s’assombrissent, laissant craindre une incapacité de remboursement des institutions calédoniennes.

Si un ralentissement économique était prévisible, il s’inscrit cependant dans une longue baisse de performance économique du territoire, couplée à une augmentation continue de son endettement. Malgré l’intervention renforcée de l’État par le biais des plans d’aide et de relance économique, la situation inquiète et la capacité de remboursement du territoire se pose.

Premier constat structurel des conséquences de la crise sanitaire en Nouvelle-Calédonie, la perte de 910 emplois est à déplorer, ainsi que 50 à 60 milliards de Francs CFP (env. 420 à 500 millions d’euros). Une nouvelle déception pour l’économie calédonienne qui enregistre depuis 2012 un ralentissement certain de sa force économique.

Croissance molle depuis 2012

En effet, après plusieurs années d’une croissance stagnante autour des 1% depuis 2012, contrastant avec les 3% enregistrés jusqu’alors, la croissance est attendue négative depuis 2019. L’année 2020 porte donc une véritable estocade à l’économie calédonienne, et les perspectives 2021 ne s’annonce guère mieux, la crise économique et sanitaire étant loin d’être résolue.

Si le tableau est loin d’être encourageant, il est à noter l’apport bienvenu des mesures de soutien de l’Etat, par le biais des chômages Covid, prêts-relance, prêts garantis par l’Etat, etc… Au total, 22,3 milliards de Francs CFP (env. 186 millions d’euros) à destination des entreprises Calédoniennes, ou encore les 28,6 milliards de Francs CFP (env. 240 millions d’euros) de l’Agence Française de Développement destinés à la Nouvelle-Calédonie.

L’année 2020 n’aura en plus pas été favorable au secteur du nickel malgré des prix avantageux sur les marchés internationaux, en raison de problèmes techniques rencontrés à KNS ou encore les différents blocages de plusieurs mois ayant eu lieu à Vale NC ou à la SLN dans le dossier de la vente de l’usine du Sud.

Croissance négative, hausse de la dette des institutions, augmentation du nombre de retraités, déficit du RUAMM, secteur du BTP sinistré, alors que la fréquentation touristique en 2020 a chuté de 76,1%, celle des croisiéristes de 65,8%, l’économie Calédonienne a rarement connu pire situation.

Damien Chaillot pour Outremer 360

Article précedent

Journal de 7:30, le 23/06/21

Article suivant

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - Le Replay du 23/06/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Nouvelle-Calédonie : les perspectives économiques s’assombrissent, d’après l’IEOM