EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Nouvelles pièces de monnaie : on se prépare à s’embrouiller – Edito 25/03/2021

Ces nouvelles pièces de monnaie pour les Francs Pacifiques qui arrivent bientôt on est d’accord qu’elles sont très jolies mais j’ai bien peur quand même qu’elles soient à l’initiative du déclenchement d’une multitude de « minutes blonde » pour un grand nombre d’usagers le moment venu. La disparition de la plus petite unité, la pièce de 1 franc, pour pouvoir faire exactement l’appoint fait déjà perler des gouttes de sueur sur le front de tous ceux qui ont tenté d’intégrer les exemples donnés par l’IEOM sur les nouvelles règles d’arrondi. Je ne vais pas ici vous en redonner le détail, c’est inutile, vous trouverez l’info facilement si toutefois vous êtes passé à côté.

On voit bien depuis des années à quel point nos établissements bancaires sont agacés par la manipulation des espèces. Il est toujours plus compliqué de déposer de la monnaie sur son compte si on n’est pas un professionnel et que les pièces ne sont pas conditionnées en rouleaux. Doucement mais sûrement, entre ça et ce dont je vous parlais plus haut, cela participe petit à petit à rendre moins pratique l’utilisation du cash dans notre vie quotidienne au bénéfice de nouvelles méthodes.

On parlait déjà il y a vingt ans du porte-monnaie électronique. J’avais testé lors de différents séjours en Métropole, ça s’appelait Moneo, c’était par défaut inclus dans la puce de sa carte bancaire normale et on pouvait la recharger directement chez les commerçants. Autant se dire les choses, ça s’est complètement planté, ce n’était pas pratique, pas populaire, sans doute trop en avance sur son temps en fait. C’était l’ancêtre du paiement sans contact qui est en plein boom depuis que la Covid19 est rentrée dans nos vies, mais à l’époque les grands groupes comme VISA ou MASTERCARD ne parvenaient pas à s’entendre avec les banques sur les frais a minima facturés à l’occasion de micro débits. Entre temps, explosion de la Fintech qui vient tout bouleverser avec Revolut ou N24* en tête, sans compter que les géants de l’électronique comme Google, Apple ou Samsung se sont eux-aussi lancé dans le déploiement de solutions de paiement. Au bout du compte je vous le confirme ce sont les consommateurs que nous sommes qui sont les grands bénéficiaires de ces guerres au sommet que se livrent toutes ces grosses têtes.

Cependant ayons conscience que dans notre Pays nous ne sommes pas tous égaux non seulement face à notre aisance à utiliser les nouvelles technologies, et à bénéficier d’une carte de paiement suffisamment moderne et accessible au plus grand nombre et qui serait accompagnée des services qui existent ailleurs mais qui ici font passer les banques locales pour des dinosaures à prix d’or. En attendant avec la mise en circulation des nouvelles pièces et ce que cela implique, va y a voir du sport.

*NDLA : en fait « N26 »

Article précedent

Nouvelle-Calédonie : troisième tentative d'élection du Président du 17ème gouvernement 

Article suivant

Arrêté à l'aéroport pour falsification d'attestation

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Nouvelles pièces de monnaie : on se prépare à s’embrouiller – Edito 25/03/2021