ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Nouvelles salves de l’UPLD sur l’électricité et EDT

Lors d’une nouvelle conférence de presse sur la distribution d’électricité, les élus UPLD et candidats Tavini aux législatives ont critiqué le rapport rendu par la commission d’enquête sur l’énergie, pas prêt selon eux de faire baisser la tarification de l’électricité au fenua. Ils dénoncent une « manipulation » du président de la commission d’enquête, Antonio Perez. Par ailleurs, les élus UPLD ont dénoncé le fait qu’EDT ait provisionné près de 14,8 milliards de Fcfp pour l’achat d’une centrale à gaz.

Le président du groupe UPLD à l’assemblée, Tony Géros, était entouré mercredi matin de deux élus et candidats aux législatives, Valentina Cross et Richard Tuheiava, lors d’une nouvelle conférence de presse sur le thème de l’électricité. Premier point abordé, les élus UPLD ne sont « absolument pas satisfaits » du rapport rendu par la commission d’enquête chargée d’évaluer l’organisation du secteur énergétique et présidée par l’élu Tapura, Antonio Perez. Pour eux, ce document de 300 pages a été écrit par EDT, au vu des similitudes avec d’autres documents fournis par la société. « Je ne m’élève pas contre le président (Antonio Perez), je le respecte beaucoup », a tempéré Tony Géros avant tout de même de regretter la « manipulation » de l’élu Tapura.

Contacté mercredi, le président de la commission d’enquête sur l’énergie, l’élu Tapura Antonio Perez, a regretté le manque « d’objectivité » de l’UPLD sur ce dossier.

Les 14,8 milliards d’EDT

Deuxième point à l’ordre du jour, les élus UPLD ont dénoncé mercredi le fait que EDT veuille acquérir une centrale à gaz « alors que nous nous dirigeons vers un développement de l’énergie renouvelable ». Pour l’élue et candidate aux législatives Valentina Cross : « EDT a fait des économies sur notre dos« .

Interrogée mercredi, la société EDT explique que la somme de 14,8 milliards de Fcfp correspond simplement aux « provisions pour renouvellement des ouvrages » prévues dans le contrat de concession avec le Pays pour remplacer les six moteurs de la centrale de la Punaruu à la fin de la concession en 2030. Des provisions qui sont une « obligation contractuelle » du concessionnaire et qui sont « placées chaque année sous le contrôle des commissaires aux comptes et des audits du Pays ». EDT précise par ailleurs que l’état des provisions n’est aujourd’hui que de 10 milliards et que les 14,8 milliards seront atteints à la fin de la concession pour renouveler les moteurs et les restituer en bon état au Pays. Sur la question du gaz, EDT confirme que plusieurs propositions sont aujourd’hui à l’étude par le Pays pour la partie « énergie thermique » (hors énergie renouvelable, NDLR) : Le renouvellement du fioul ou le passage au gaz considéré comme moins polluant parmi les énergies fossiles.

L’association Anticor appelée à l’aide

Autre sujet abordé lors de cette conférence de presse, la plainte contre X pour « favoritisme et prise illégale d’intérêt » déposée en avril dernier. Les élus UPLD dénoncent la lenteur du parquet dans le traitement de ce dossier. L’élue et candidate aux législatives Valentina Cross interpelle même directement le procureur : « vous ne pourrez pas faire l’autruche éternellement ». Antony Géros a d’ailleurs annoncé l’appel à l’association Anticor qui lutte contre la corruption et pour le rétablissement de l’éthique en politique.

Pourquoi Heremoana Maamaatuaiahutapu à l’énergie ?

Dernier sujet abordé, les élus UPLD affirment avoir été surpris que Heremoana Maamaatuaiahutapu hérite de l’Energie « Un portefeuille très complexe a été octroyé (…) au ministre du folklore culturel, des pas de danse, qui n’a pas vraiment la maitrise de ce dossier », a affirmé Antony Géros.

Article précedent

Un rameur de 52 ans décède pendant un entrainement

Article suivant

Le président du Civen regrette le faible nombre de dossiers d'indemnisation envoyés

2 Commentaires

  1. Iritahua
    6 avril 2017 à 12h36 — Répondre

    Que des conneries. Lorsqu’ils étaient au pouvoir qu’est ce qu’ils ont foutus. Rien que des rigolos et tous sont pareis. Majorité, minorité rien que des gneux.

  2. teriivaea
    6 avril 2017 à 23h26 — Répondre

    Lors de leur conférence de presse de ce jour, les représentants de l’UPLD ont, à juste titre, relevés de très profondes « anomalies » dans l’exécution du service public de distribution de l’énergie électrique concédé à la SA EDT ENGIE. A commencer par le très étonnant revirement de l’assemblée délibérante du SECOSUD qui s’était pourtant majoritairement prononcée pour l’offre de Tevarua Nui, incontestablement mieux disante et portée par des investisseurs locaux, revirement qui après la manifeste distorsion de concurrence en faveur d’EDT que constituait le prix de vente en gros de l’énergie aux bornes de la concession Tahiti-Nord, laisse effectivement planer un fort soupçon de favoritisme savamment orchestré par le gouvernement actuel et les élus Tapura concernés….
    Sur la question de « l’usine à gaz » de 15 milliards proposée par EDT et du « fond d’investissement » y afférent, EDT justifie sans complexes son projet excessivement dispendieux au motif que, je cite, « le concessionnaire a l’obligation de provisionner des sommes pour le renouvellement des matériels ». Ces provisions considérables sont en réalité d’abord et avant tout, la contrepartie comptable des très copieux excédents de trésorerie (EDT dispose d’une trésorerie nette de dettes de quelques 12 milliards de FCP, soit plus de 6 mois de Chiffre d’affaire, ce qui est totalement atypique pour des sociétés de ce secteur) engrangés sur le dos des abonnés en application des tarifs de vente excessivement élevés qui leur ont été et leur sont encore infligés. Et selon EDT, ce considérable excédent n’aurait d’autre possibilité que d’être dépensé dans des équipements de production thermique d’énergie électrique déterminés par le concessionnaire ! Il serait pourtant beaucoup plus juste de le restituer aux usagers sous la forme de baisse de tarifs du kWh, tarifs qui pèsent toujours lourdement dans le budget des ménages et les comptes de nos entreprises.
    Or le projet proposé par EDT ENGIE fait royalement fi des Lois du Pays 27 et 28 de décembre 2013, qui ont pour objectif premier la réduction du recours aux énergies fossiles (dont le gaz fait partie!) et qui prévoient notamment que désormais la production d’énergie électrique relève du secteur concurrentiel et non du service public. Il est donc dorénavant parfaitement illégal de financer une telle production au titre de la convention de distribution d’énergie électrique octroyée à la SA EDT ENGIE et il est totalement inconvenant que cette dernière incite son autorité concédante à une telle manœuvre.
    Le projet de la SA EDT ENGIE fait également totalement fi du plan de transition énergétique (PTE) pourtant abondamment médiatisé par le gouvernement qui prétend accorde sur l’ile de Tahiti, un rôle central à la TEP qui doit être dorénavant chargé de l’équilibre offre/demande. A ce titre, la TEP doit passer des contrats d’approvisionnement (PPA : Power Purchase Agreement), après une réelle et sincère mise en concurrence selon les principes fondamentaux de la commande publique et EDT n’est absolument pas en droit de court-circuiter le gestionnaire de transport pour tenter de se faire valider directement auprès du gouvernement ses propres projets de production d’énergie électrique financés illégalement aux frais des abonnés en faisant fi des principes de bases de la commande publique !
    En un mot, il faudrait que la politique énergétique du Pays soit réellement décidée par nos dirigeants et non par la société EDT ENGIE !

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Nouvelles salves de l’UPLD sur l’électricité et EDT