EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Obama est-il un Dieu vivant ? – Edito 16/03/2017

La fascination que parvient à engendrer Barack Obama, tout juste retraité de la présidence des USA, est absolument déconcertante. Avouons quand même qu’elle a plus trait à l’irrationnel qu’autre chose. Car si le bilan de ses deux mandats n’est pas foncièrement mauvais, mais pas non plus très bon, force est de constater que malgré sa courbe de popularité au plus haut lorsqu’il a quitté son dernier job, son échec est manifestement cuisant. Dois-je vous rappeler qui le remplace et de quelle manière surtout ? La classe, l’allure, l’humour, et le sourire ravageur de Barack ne sont pas pour autant des blancs-seings lui permettant de se dédouaner de la situation avilissante dans laquelle est plongé son peuple.

Il n’est évidemment pas le seul à devoir porter le fardeau de la déconfiture, ce serait faire un tableau simpliste d’une réalité reposant sur des faits non alternatifs. Les scandales dans lesquels Hillary Clinton était empêtrée n’ont rien arrangés. Mais à mes yeux il n’apparaît donc pas comme ce sauveur providentiel, cet exemple que devraient suivre nos politiques comme on nous le vend souvent. Il est un modèle parmi d’autres, ne nous leurrons pas, un pur produit de la politique américaine, donc de fait : quelqu’un qui n’a pas eu le choix que de savoir user à la fois de ses vices et de ses vertus pour se hisser aux plus hautes responsabilités. Obama n’est pas un Dieu vivant, il n’est pas non plus un prophète, mais il n’est sans doute pas loin d’être un génie.

Ses carences et ses errances il a su les dissimuler derrière le symbole que son métissage représentait dans une Maison bien trop Blanche. Sa « cool attitude », quasiment inédite dans ces proportions chez l’homme le plus puissant du monde, a malheureusement trop régulièrement occultée aux yeux de tous et des médias en particulier la détresse d’une énorme frange de la population qui s’appauvrissait. Pour elle rien n’était cool, et en novembre elle a rappelé qu’elle existait.

Mais ne vous y trompez pas, je ne suis pas en train de vous dire qu’un pourri se cache dans les oripeaux du gendre idéal, il est juste question de rationaliser la donne, de le désacraliser. J’ai l’intime conviction que Barack Obama est un type bien, réellement bienveillant, qui a sans doute souffert des compromis qu’il a dû consentir face à un congrès où il n’avait pas la majorité. Mais le fait est qu’il a été le président d’une Amérique où les inégalités ont continué dangereusement à se creuser et où on ne les a plus supportées.

J’ai donc hâte de lire le bilan qu’il tirera de tout ça dans ses futures mémoires à 60 millions de dollars qui lui permettent de passer des vacances de rêves au Fenua. A n’en pas douter il aura moyen de trouver chez nous calme et inspiration pour nous livrer une analyse avec de la hauteur sur un monde de fou surtout quand il est vu du paradis …

Article précedent

Journal de 07:30 le 16/03/17

Article suivant

Tatauroscope du vendredi 17 mars 2017

1 Commentaire

  1. Iritahua
    18 mars 2017 à 7h35 — Répondre

    Le meilleur bilan, notre Président de la République Française.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Obama est-il un Dieu vivant ? – Edito 16/03/2017