EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Obsolescence programmée : c’est ça le progrès ? – Edito 30/05/2017

Avez-vous remarqué vous aussi à quel point tout semble dramatiquement plus fragile qu’avant ? On a l’impression que plus le temps passe, plus on nous annonce des progrès techniques, des nouvelles méthodologies d’usinage, et pourtant, tout se casse plus vite. Oh ne vous inquiétez pas, ce n’est pas comme si je débarquais et je découvrais le concept d’obsolescence programmée, mais ce qui me choque c’est que cela soit à ce point devenu la norme sans qu’un réel mouvement de fond d’envergure ne vienne le dénoncer. Même si la loi le punit depuis quelques années.

Tout a une durée de vie de plus en plus limitée. Du matériel audio-vidéo à la Hifi, à nos téléphones, en passant par l’électro-ménager, notre mobilier, et même nos véhicules. On patauge majoritairement dans un marasme économique mondial, le pouvoir d’achat des foyers s’affaiblit et pourtant les grands conglomérats continuent de vouloir se gaver en nous obligeant à tout renouveler plus vite. On n’a plus le temps d’avoir le cœur content de se dire qu’on a pu finir de payer quelque chose qu’il faut encore dépenser pour le réparer, ou plutôt tenter de le réparer dans la plupart des cas, voire de le remplacer. C’est le serpent qui se mord la queue, le supplice de tantale où plus on se rapproche de son idéal et plus il s’éloigne.

Notre société du vite consommé, digéré et, on va dire jeté pour rester poli, nous entretient dans une frénésie perpétuelle d’achat et de souci. D’autant plus lorsque l’on vit dans une petite île comme la notre où nous sommes bien loin des grands centres d’approvisionnement de pièces détachées. Il y a toujours une bonne raison pour ne pas qu’il y ait précisément ce dont vous avez besoin pour réparer votre objet défectueux alors que pourtant quelques centaines, voire parfois milliers, d’exemplaires ont été écoulés sur notre marché. Et comme moi, sans sombrer dans les dédales d’une paranoïa irraisonné, je suis certain que parfois vous avez soupçonné certains professionnels d’avoir esquinté un truc en plus pour qu’ils aient à le re-réparer quelques mois plus tard. Le ponpon c’est quand votre objet payé chèrement tombe en panne pile poil quelques jours après sa fin de garantie ; que le technicien vous annonce que c’est irréparable (et ne veut même pas essayer car la marque qu’il représente officiellement le lui interdit) ; que vous vous rendez compte en naviguant sur des forums de discussion que cette panne est largement généralisée au niveau mondial ; et qu’on vous propose de vous faire 25% de rabais pour en racheter un neuf. Mais bien sûr cela me donne vachement envie de casquer une deuxième fois pour le même truc qui risque donc de me lâcher dans un an… Il y a vu un truc écrit sur mon front que je n’ai pas remarqué ?

Soupçonnent-ils que la même chose soit écrite sur notre front à tous ? Je dis qu’il ne faut plus se laisser faire, et que quitte à nous prendre pour des pigeons qu’ils ne s’étonnent pas qu’on finisse à notre manière par nous soulager au-dessus de leur tête.

Article précedent

JOURNAL DE 07:30 LE 30/05/17

Article suivant

Les clubs de golf seront de sortie à Moorea

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Obsolescence programmée : c’est ça le progrès ? – Edito 30/05/2017