EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

On achève bien la démocratie … – Edito 19/01/2021

Il y a un peu plus d’un an je vous parlais déjà de ce qui à mon sens s’avérait doucement mais sûrement devenir le plus grand danger auquel nos démocraties modernes devaient faire face. Il était question de ce que j’appelais alors l’avènement de l’idiocratie.

Je le faisais à la fois sur la base d’un ressenti, mais aussi en voyant certains courants grossir notamment par voie numérique. C’était avant la crise sanitaire sans précédent que nous vivons de plein fouet depuis quasiment un an. C’était avant que les relais d’opinions soient pris d’assaut par une nouvelle caste de « sachants » plénipotentiaires et autoproclamés nés dans le terreau fertile de la peur. C’était avant que définitivement, les réseaux dits sociaux, ne contribuent à ce que des militants fanatisés bercés à la théorie du complot n’envahissent le Capitole américain, symbole d’une des plus vieilles démocraties modernes.

Lorsque c’est l’obscurantisme qui est hissé au premier plan par ceux qui revendiquent d’apporter la lumière au reste de leurs congénères ; que le brouhaha des frustrations finit même par donner le « la » ; que la mesure de la vie en société est battue au rythme des « buzz » au point que certains médias finissent par en oublier les fondamentaux de leur métier, alors oui, la démocratie est en danger. Ajoutez à cela l’apparente nécessaire délation et autres dénigrements d’ordre racial, et vous réalisez que la cocotte-minute pourrait exploser.

Mais si ça se trouve j’en fais tout un plat pour rien puisque je viens de lire qu’apparemment le peuple Ma’ohi est doué je cite, d’un « pacifisme atavique ». Cela vient d’un communiqué d’Oscar Temaru au nom de son parti le Tavini Huiraatira dans lequel il met en garde l’Etat de ne pas « violer l’âme polynésienne » en autorisant une armurerie. Ou comment faire du rattrapage avec une démagogie dégoulinante tout en jetant de l’huile sur le feu d’un sujet qui à la base, et pour les raisons que je vous donnais hier, ne méritait pas de faire se déchainer à ce point les passions.

« Pacifisme atavique », wow. C’était donc ça alors. C’est sûr, c’est sans doute le « pacifisme atavique » qui a conduit des militants à foutre le feu deux fois à la ville, à démonter l’aéroport. C’est aussi grâce à ce trait génétique que les sordides violences intrafamiliales, y compris d’ordre sexuelle et incestueuse, n’occupent pas plus les tribunaux. Le mot « atavique », impliquant une rémanence génétique récente qui avait disparu, est quelque chose qui pourtant ne saute pas aux yeux quand on voit que la nouvelle occupation des gamins le mercredi après-midi c’est de se tabasser, de se filmer, et de poster ça sur les groupes de discussions Facebook.

Finalement ça doit être pas mal le Pays des … Bisounours bleus.

Article précedent

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - L'intégrale du 19/01/2021

Article suivant

LA PASSION DU VIN 19/01/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

On achève bien la démocratie … – Edito 19/01/2021