EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

On aurait découvert une nouvelle « Terre » au plus près de nous … – Edito 17/08/2016

Da quoi l’humanité a-t-elle besoin dans l’absolu pour se remettre en question, pour être portée par un élan commun, pour laisser les querelles de côté, pour progresser ? Dans l’histoire de notre civilisation les après guerres ont été ces moteurs d’innovation, d’humanisme exacerbé dans un esprit de reconstruction pour ne plus jamais refaire pareil. Mais à chaque fois il ne fallut pas longtemps avant que nous ne soyons rattrapé par nos vieux démons. Ce n’est pas qu’une impression de se dire que nous vivons l’éternel recommencement, construire et engendrer la vie après avoir détruit et tué. Alors que nous faudrait-il pour faire en sorte qu’une nouvelle parenthèse de bon sens commun anime le genre humain ? D’un nouvel espoir.

L’espoir fait vivre, il fait se dépasser. Presque plus rien dans notre monde ne nous fait rêver car celui-ci se délite au plan humain, économique, social et culturel. La loi du plus fort semble être de mise, les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent, nous ne retenons aucune leçon des errements du capitalisme qui retentissent encore dans nos îles derrière le mot « crise », et nous diluons nos particularités les plus belles, celles qui forgent le pluralisme de nos identités dans un pseudo bouillon de culture remué et mijoté par celui qui saura communiquer le plus fort et le plus loin.

Oui car le fait de savoir où l’on est et comment on y vit sera le catalyseur de ce nouvel espoir dont je vous parlais plus haut, celui qu’il nous faut dans l’absolu. Mais s’il n’est pas sur notre monde, d’où pourrait-il venir ? Peut-être de l’espace, et sans doute plus tôt que nous ne l’aurions pensé. Pour la première fois de l’histoire de l’humanité, ce qui sera annoncé officiellement dans une revue scientifique vers le mois d’octobre, a pourtant déjà filtré dans le très sérieux quotidien allemand Der Spiegel avant hier. Je vous parle là de la découverte d’une planète en tous points similaire à notre Terre en terme de gravité, de masse et de distance par rapport à son étoile. Elle a toutes les caractéristiques pour accueillir de l’eau à l’état liquide, solide ou gazeux, elle est donc potentiellement un berceau de vie. Et ce qui en fait une découverte majeure, c’est que cette étoile autour de laquelle elle fait sa révolution, c’est Proxima du Centaure, la plus proche de notre propre système solaire.

L’homme a toujours été un explorateur, et si nous sommes incapables aujourd’hui d’aller vers cette exoplanète, des technologies comme le moteur à plasma ou celui à effet Hall ouvrent le champ des possibles pour les générations à venir. Croisons les doigts pour qu’en effet nous rationalisions notre rapport aux autres et celui à notre planète pour nous donner rapidement les moyens pérennes de  nous lancer à la conquête d’un nouveau monde.

Article précedent

JO-2016: de l'or, du bronze, un raté et des affaires

Article suivant

Turquie: voiture piégée du PKK dans l'est, 3 morts, 40 blessés

2 Commentaires

  1. TeMea
    17 août 2016 à 20h58 — Répondre

    Ce n’est pas la seule exoplanète en zone habitable découverte, certes, ce serait la plus proche, mais pas la seule, on en compte au moins plus d’une vingtaine sur les 6000 découvertes à ce jour par Kepler..

  2. Wizard
    27 août 2016 à 5h14 — Répondre

    On va d’abord bien saccager notre terre avant d’aller détruire une autre planète..

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

On aurait découvert une nouvelle « Terre » au plus près de nous … – Edito 17/08/2016