EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

On nous aurait menti … – Edito 06/02/2019

Hier après-midi je suis tombé par hasard sur un article qui a fait chanceler mes fondations. J’adhérais en effet depuis le milieu des années 80 à une théorie populaire qui s’était érigée en vérité absolue. Le mythe a traversé les générations et il est très possible que le plus célèbre des plombiers de l’industrie du jeu vidéo qui était votre compagnon de jeu virtuel soit maintenant aussi celui de votre propre descendance. Je parle bien entendu de Mario Bros.

Je vous imagine avec une goutte de sueur en train de perler sur le sommet du front : qu’est-ce que Taliercio s’apprête à m’apprendre sur le moustachu pixellisé qui serait susceptible de me traumatiser ? Avouez que ça vous change des trucs hyper anxiogènes et sociétaux qui font cogiter et alimentent les dîners en ville.

Bon j’ai fait assez de teasing, cette nouvelle déstabilisante à souhait c’est que selon de récentes trouvailles Mario Bros n’aurait en fait JAMAIS été plombier, il s’agirait d’une erreur de traduction des manuels japonais de l’époque. (effet sonore)

Alors je sais qu’il y en a qui viennent de tirer la tronche, parce qu’ados ils étaient déjà vieux dans leur tête, alors imaginez un peu maintenant, mais comme je vous le disais déjà il y a quelques années on n’est pas benêt parce qu’on joue aux jeux vidéos … Des sites très sérieux comme France Info en 2013 déjà décrivaient quels pouvaient en être les bienfaits. Ils en dénombraient au moins 5 : la lutte contre le vieillissement du cerveau ; le dépassement de traumatismes car selon les scientifiques les jeux vidéos remplacent dans le cerveau des cases occupées par des images choquantes ; la stimulation de la vue ; le developpement de la capacité d’analyse : et enfin ils procurent un sentiment de bienêtre. C’est déjà pas mal non ?

Le problème que les parents ont avec les jeux vidéo ce n’est pas qu’il manque de choses intelligentes sur le marché, c’est qu’ils ne s’intéressent pas à comment faire en sorte qu’ils puissent incarner un utilité sur le développement de leur enfant. Savoir guider son gamin pour qu’il sache consommer du pur fun et du plus réfléchi, c’est exactement la même chose à faire que lorsque l’on tente de faire regarder intelligemment la télé à sa progéniture. Mais encore faut il prendre le temps de le faire. Vous n’êtes pas Game Over, pas encore, il vous reste un crédit, profitez-en.

Article précedent

Les auto-écoles veulent des inspecteurs mieux formés

Article suivant

Le Tapura maintient la parité à l’assemblée et propose de l’introduire au CESC

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

On nous aurait menti … – Edito 06/02/2019